Actualités de l'assurance professionnelle

Parmi les différentes mesures de soutien dédiées aux entreprises dans le cadre de la crise sanitaire de coronavirus COVID-19, le gouvernement a notamment mis en place un chômage partiel indemnisé à 100 %. Il avait déjà été annoncé que cette mesure serait revue à partir du 1er juin. Assurlandpro.com fait un point sur ces quelques changements.
Entre le 1er mars et le 25 mai, presque 13 millions de salariés ont bénéficié des mesures de chômage partiel mises en place par le gouvernement. Les demandes d'indemnisation se multiplient également, tandis que les entreprises effectuent des restructurations pour ne pas avoir recours à des licenciements.
Les commerçants ont été parmi les plus touchés par la crise du coronavirus COVID-19. Après multiples mesures de soutien, un report des soldes a été souhaité par le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire ce lundi 25 mai. Ce report serait de trois semaines ou un mois. La proposition ne fait toutefois pas consensus chez les commerçants.
La « crise de l'hôpital » touche la France depuis plusieurs années maintenant : endettement croissant, professions du secteur dévalorisées, dégradation et vieillissement des bâtiments de l'hôpital public... Et la crise de coronavirus COVID-19 n'a pas amélioré la situation ; bien au contraire, elle a fait ressortir toutes les difficultés éprouvées par l'hôpital français. Pour endiguer cette crise, Olivier Véran a donc fait quelques promesses : une réforme complète du système hospitalier ainsi qu'une revalorisation des salaires du personnel soignant.
En cette période de crise de coronavirus COVID-19, le télétravail est une solution particulièrement arrangeante pour les entreprises pouvant se le permettre. Mais cette pratique a ouvert de nombreuses brèches côté cybersécurité, et les hackers ne peuvent que s'en frotter les mains.
Maintenant que le déconfinement a été mis en place, le retour sur le lieu de travail redevient possible. Si quelques mesures et consignes ont été mises en place pour protéger au maximum les salariés en entreprise, cela représente un certain coût. Ainsi, pour les plus petites entreprises (TPE), l'Assurance maladie donne accès à une subvention de 50 % du coût du matériel de protection, jusqu'à un maximum de 5 000 euros.
Les TPE PME ont été particulièrement impactés par la crise du coronavirus COVID-19 et le « Grand Confinement ». Pour le déconfinement et les temps à venir, les salariés de ces entreprises ont quelques requêtes pour leurs dirigeants. Un sondage Harris Interactive pour Aésio dévoilé par Le Parisien apporte quelques chiffres pour éclairer la situation.
Les restaurateurs, particulièrement touchés par la crise de coronavirus COVID-19, ont lancé une pétition pour que leurs pertes d'exploitation soient prises en charge par les assureurs. Ces derniers avaient déjà indiqué ne pas pouvoir assumer de tels coûts. Bruno Le Maire a donné quelques explications supplémentaires aux concernés.
Le secteur de la culture est l'un des plus touchés par cette crise de coronavirus COVID-19. De nombreux rendez-vous culturels ont été contraints d'annuler à cause des mesures de sécurité, puis du confinement. Pour venir en aide à ce secteur, le président de la République Emmanuel Macron a informé le jeudi 6 mai 2020, sur le maintient des droits des intermittents du spectaculaire jusqu'en 2021.
La crise du coronavirus COVID-19 n'a pas épargné les agriculteurs. Ces derniers ont été mis en difficulté par la rupture de certaines chaînes logistiques ou encore le manque de main d'?uvre en cette période de « Grand Confinement ». Pour venir en aide aux agriculteurs de sa région, le conseil régional d'Île-de-France et la chambre régionale d'agriculture ont donc lancé un « programme alimentaire régional ».
Le déconfinement approche à grand pas en France et de nombreuses questions restent en suspens pour les entreprises. Plusieurs mesures ont été indiquées par le ministère du Travail. Toutefois, le dépistage du coronavirus COVID-19 sur les salariés sont interdits, précise toujours le ministère du Travail.
Ce mardi 28 avril, le Premier ministre Édouard Philippe a présenté les grandes lignes des mesures pour le déconfinement, s'arrêtant notamment sur le cas des entreprises. Il demande une reprise de l'économie en respectant certaines règles de sécurité.
L'indemnisation des pertes d'exploitation est un sujet plus que tendu dans le monde l'assurance à l'heure actuelle. À son tour, le mutualiste MMA (groupe Covéa) a annoncé une action solidaire envers ses assurés professionnels, une « indemnité de crise sanitaire ». À savoir que cette aide sera complètement indépendante des garanties souscrites par l'assuré.
Pendant cette pandémie de coronavirus COVID-19, certains en profitent pour disséminer un autre type d'attaques : les cyberattaques, encore connu sous le nom de hacking. L'économie mondiale étant affaiblie et les défenses de certaines entreprises moins fortes, le moment est idéal pour les pirates et autres cybercriminels. Les secteurs de la santé et alimentaire sont particulièrement visés.
En France et dans le monde, des mesures de confinement ont été mises en place pour lutter contre la propagation du coronavirus COVID-19. Naturellement, le trafic dans les villes s'en est retrouvé fortement réduit, impactant profondément l'activité des sociétés de VTC (véhicule de transport avec chauffeur) et notamment Uber. Le contrecoup est difficile après leur hausse majeure en France durant les récentes grèves contre les retraites.