Actualités de l'assurance cyber-risques

Que sont les ransomwares ? Vous en avez probablement déjà entendu parler, surtout si votre entreprise utilise les outils digitaux. Un ransomware ou rançongiciel est logiciel malveillant prenant en otage des données afin de faire du chantage envers l'entreprise en ayant besoin. Et ces logiciels sont de plus en plus sophistiqués, d'après un récent guide co-signé par l'Anssi (Agence nationale de sécurité des systèmes d'information) et le ministère de la justice. Alors, que faire pour s'en défendre ?
Le cyber risque fait beaucoup parler de lui, d'autant plus que la période de pandémie de Covid-19 a en parallèle connu une importante hausse du nombre de cyberattaques. Dans la quatrième édition de son rapport sur la gestion des cyber risques, l'assureur Hiscox a également remarqué que les entreprises en France et dans le monde sont de plus en plus sensibilisées à ce type de risques. L'étude porte plus précisément sur la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Espagne, la Belgique, l'Irlande, les Pays-Bas et les États-Unis). Pensez donc à souscrire une bonne assurance cyber risques !
Le 17 juillet dernier, le mutualiste du groupe Covéa MMA a subi une cyberattaque d'une ampleur très importante. Après une mise à l'arrêt brutale des activités, MMA espèce un retour à la normale dans les jours à venir. Toutefois, le mutualiste reste très touché et demeure discret quant à la cyberattaque en elle-même.
Durant le confinement, de nombreuses entreprises ont eu recours au télétravail, remettant sur le devais de la scène le cyber risque, qu'Allianz définissait déjà comme le premier risque d'entreprise en 2020. L'assureur a donc mis à disposition sont produit Cyber + pour les entreprises de taille intermédiaire (ETI), avec un service au cas par cas et une disponibilité 7J/7.
Le réseau social de Mark Zuckerberg Facebook a lancé ce lundi 8 juin 2020 un programme de formations au numérique et plus particulièrement au e-commerce dédié aux TPE et PME françaises. Facebook désire par la même occasion promouvoir sa plateforme commerciale Facebook shops.
En cette période de crise de coronavirus COVID-19, le télétravail est une solution particulièrement arrangeante pour les entreprises pouvant se le permettre. Mais cette pratique a ouvert de nombreuses brèches côté cybersécurité, et les hackers ne peuvent que s'en frotter les mains.
Pendant cette pandémie de coronavirus COVID-19, certains en profitent pour disséminer un autre type d'attaques : les cyberattaques, encore connu sous le nom de hacking. L'économie mondiale étant affaiblie et les défenses de certaines entreprises moins fortes, le moment est idéal pour les pirates et autres cybercriminels. Les secteurs de la santé et alimentaire sont particulièrement visés.
Le 14 janvier 2020, l'assureur allemand Allianz a publié sa neuvième enquête annuelle sur les principaux risques d'entreprise. Cette année, le nombre de participants est record : plus de 2 700 experts de plus de 100 pays différents. Et pour la première fois dans l'histoire, les cyber-risques se placent en tête du classement. Viennent ensuite les interruptions d'activité ; à noter que le changement climatique obtient également une place historique.
Aujourd'hui, l'informatique et la digitalisation sont omniprésentes dans les entreprises. Couplé à cela, la multiplication des collaborateurs et l'ouverture à plus de droits d'accès met à mal la sécurité informatique. Les accès laissés à l'abandon représentent des failles considérables pour la cybersécurité des entreprises pouvant engendrer des cyberattaques. Et ces dernières sont en augmentation sur la PME comme la grande entreprise.
Une enquête mondiale de commandée par FireEye à Kantar, un cabinet d'études de marché indépendant a révélé que 43% des cadres dirigeants français ne bénéficient pas d'une couverture contre les cyber-risques, en constante augmentation ces dernières années. PME comme grandes entreprises sont concernées par la montée de ces attaques. FireEye est une entreprise de sécurité informatique américaine. L'échantillon total de l'étude s'élève à 800 personnes interrogées dans différents pays d'Amérique du Nord, Europe et Asie.
À l'ère de la révolution du numérique, la cyber-criminalité est un enjeu réel pour les entreprises. Si les grandes entreprises ont toujours été les cibles privilégiées des hackers et autres cyber-criminels, les PME représentent des cibles plus faciles pour plusieurs raisons : elles sont moins bien sensibilisées et protégées que leur cons?urs de plus grand format.
Selon une étude commanditée par Check Point Softwares Technologies Ltd. (CHKP), l'un des leaders des fournisseurs de services de cybersécurité, le RGPD (règlement général sur la protection des données) se révélerait très positif pour les entreprises européennes. Entré en vigueur le 25 mai 2018, il a pour objectif la protection et le contrôle des données des citoyens de l'UE.
L'édition 2019 du baromètre annuel proposé par Zebra Technologies Corporation, fabricant de code-barres, de puces RFID et d'équipements de communications en entreprise, s’intéresse à l’Internet des objets (IdO). Cette expression désigne l’interconnexion entre Internet et des objets, des lieux et des environnements physiques. Or, les entreprises ont augmenté de 39 % leurs investissements en la matière et elles se montrent plus vigilantes concernant la sécurité des données et des infrastructures.
Selon l'étude européenne « Transformation digitale des entreprises et cybersécurité », 39 % des grandes entreprises ont déjà été victimes d’une cyber-attaque et, dans 75 % des cas, l’attaque n’a pas été rendue publique. D’ailleurs, si 80 % d’entre elles jugent la transformation numérique prioritaire, 21 % ne possèdent aucune politique réelle concernant la cybersécurité.
Entreprise internationale de conseil et de technologies, Accenture a récemment dévoilé sa nouvelle étude intitulée « 2019 State of Cyber Resilience ». Cette nouvelle étude qui dresse un état des lieux de la cybersécurité au sein des entreprises témoigne notamment d'une hausse des attaques cyber indirectes.