Actualités de l'assurance pour les artisans et les commerçants

Hausse du prix du carburant : les artisans se déplacent moins

Publié le 25 mai 2022 | Rédigé par
445 vues   

Les prix à la pompe ont fortement augmenté

La hausse des prix du carburant n'a échappé à personne. Et les particuliers n'en sont pas les seules victimes : les artisans sont également en première ligne. Nombre d'entre eux ont d'ailleurs dû réduire leurs déplacements face à cette inflation.

Les artisans inquiets face à la hausse des prix du carburant

D'après une enquête de CMA France auprès de dirigeants d'entreprises dans l'artisanat, les trois quarts d'entre eux expliquent limiter leurs déplacements pour ne pas alourdir une facture déjà salée (rappelons par exemple que les prix des matières premières se sont eux aussi envolés).

Dans le détail, 14 % des 13 000 sondés déclarent subir une baisse de leur chiffre d'affaires de plus de 25 % par rapport à la même période en 2021. Rappelons aussi que cette période était déjà une période limitée en termes d'activité à cause du confinement. Plus de 60 % de ces artisans pointent une baisse de moins de 15 %.

Les artisans demandent une baisse de la fiscalité ou une aide

En termes de budget, la plupart des artisans estiment que la hausse des prix est autour de 20 %. Les artisans ont d'abord recours à l'électricité (56 %), loin devant le gaz (16 %). La moitié d'entre eux explique ne pas avoir investi dans du matériel peu consommateur en énergie. En effet, ce matériel est souvent considéré comme peu adapté à leurs besoins. Pour 35 % des artisans sondés, leur prix est également trop important pour permettre un investissement.

Pour répondre à ce problème, les artisans souhaiteraient une diminution de la lourde fiscalité française. Autrement, si cette première option n'est pas choisie, ils demandent une aide plus généreuse de l'État. Pour eux, la remise de 18 centimes par litre de carburant (TTC) pourrait être portée à 35 centimes par litre, tel que c'est le cas pour les pécheurs et le litre de gazole. Autres idées évoquées par les artisans : augmenter les aides à l'acquisition pour investir dans un véhicule plus propre ou distribuer un nouveau chèque carburant.

L'avenir de certains artisans est-il en danger ?

Cette inflation représente un véritable danger pour les professions de l'artisanat. En effet, seulement 56 % d'entre eux considèrent que dans le contexte actuel, leur activité n'est pas en danger. Joël Fourny, président de CMA France, explique que cette enquête est « le signe d'une réduction des marges des entreprises qui intervient dans un contexte de tension sur les trésoreries et de fragilité, conséquence directe de la crise sanitaire ».

Il prévient : « Ce contexte peut laisser présager une rentrée de septembre compliquée avec un risque de défaillance accru pour les entreprises artisanales. »