Actualités de l'assurance pour les entreprises

Covid-19 : l'impact sur le marché du travail sera plus fort, prévoit l'OIT

Publié le 03 juillet 2020
 | Rédigé par
159 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
burn-out-stress-travail-femme

Les femmes sont plus touchées par la crise économique actuelle que les hommes

Le Covid-19 et la crise économique engendrée ont eu un impact déjà très fort sur le marché... et les temps à venir seront encore plus difficiles que prévu, d'après le dernier rapport de l'OIT (Organisation internationale du travail). L'Organisation propose trois scénarios de reprise différents pour le seconde semestre de l'année 2020 ; les trois anticipent une réelle baisse des heures travaillées au niveau mondial.

Un marché du travail qui se dégrade au niveau mondial

Le cinquième rapport de l'OIT à propos du Covid-19 et son impact a été publié. On y apprend tout d'abord que le nombre d'heures travaillées au niveau mondial au deuxième trimestre 2020 est tombé de 14 % (cela correspond à 400 millions d'emplois sur une base d'une semaine de 48 heures) par rapport au quatrième trimestre de l'année 2019. Pourtant, le rapport publié le 27 mai dernier anticipait une baisse de « seulement » 10,7 %.

« Bien que les pays se trouvent à des phases différentes de la pandémie et que beaucoup ait déjà été fait, il nous faut redoubler d'effort si nous voulons sortir de cette crise en meilleure forme que lorsqu'elle a commencé », a annoncé Guy Ryder, directeur général de l'OIT. En effet, la reprise prévue au deuxième semestre 2020 ne pourra pas rétablir les niveaux antérieurs à la pandémie, et ce même dans le meilleur scénario possible. Les pertes d'heures de travail en fonction des régions pour le deuxième trimestre s'échelonnent comme suit :

  • Amériques : 18,3 %
  • Europe : 13,9 %
  • Asie centrale : 13,9 %
  • Asie : 13,5 %
  • Pacifique : 13,5 %
  • MENA : 13,2 %
  • Afrique : 12,1 %

Trois scénarios de reprise possible pour le second semestre 2020

Tel qu'indiqué, l'OIT prévoit trois scénarios possibles pour ce second semestre : de référence, optimiste et pessimiste. Les possibilités que l'un de ces scénarios se produise dépend directement « de la trajectoire future de la pandémie et des choix politiques des pouvoirs publics », estime l'OIT.

Le scénario de référence implique un redressement de l'activité économique selon les prévisions actuelles : suppression des restrictions sur les lieux de travail, rétablissement de la consommation et des investissements. Il prévoir une baisse de 4,9 % des heures travaillées (soit 140 millions d'emplois) par rapport au quatrième trimestre 2019.

Le scénario optimiste implique quant à lui une reprise rapide des activités, stimulant fortement au niveau mondial ainsi que la création d'emplois. Dans ce cas, la perte des heures de travail ne serait « que » de 1,2 %, soit 34 millions d'emplois.

Enfin, le scénario pessimiste part du principe qu'une seconde vague pandémique apparaîtra, engendrant un potentiel reconfinement et retour des mesures sanitaires et autres protocoles de sécurité. Avec un tel scénario, la baisse des heures de travail est anticipée à 11,9 %, soit 340 millions d'emplois.

Les femmes particulièrement touchées par ces perturbations

Par ailleurs, les femmes ont été plus touchées par la crise que les hommes. Certains craignent d'ailleurs que les inégalités homme/femme au travail s'accroissent dans un tel contexte. En effet, les secteurs les plus touchés par la crise comprennent plus de femmes en proportion que les autres : restauration, commerce, hôtellerie et industrie manufacturière. Les chiffres sont parlants : globalement, 40 % des femmes salariées opèrent dans l'un de ces quatre secteurs (soit 510 millions) contre 36,6 % d'hommes.

D'autres secteurs particulièrement exposés aux risques sanitaires comprennent une importance présence féminine : les secteurs de la santé et des services sociaux. Elles sont en outre plus sujettes au risque de perte de revenu, d’infection et de transmission du virus tout en étant moins avantagées en termes de protection sociale.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier