Actualités de l'assurance pour les entreprises

12,9 millions de salariés ont bénéficié du chômage partiel

Publié le 29 mai 2020
 | Rédigé par
298 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
chomage-licenciement-femme-homme

Les mesures de chômage partiel ont été mises en place pour éviter les licenciements

Entre le 1er mars et le 25 mai, presque 13 millions de salariés ont bénéficié des mesures de chômage partiel mises en place par le gouvernement. Les demandes d'indemnisation se multiplient également, tandis que les entreprises effectuent des restructurations pour ne pas avoir recours à des licenciements.

12,9 millions de salariés ont pu profiter du chômage partiel

Le mercredi 25 mai, le ministère du Travail a à nouveau publié ses statistiques sur l'état du marché du travail français. Parmi les différents chiffres présentés, on trouve notamment le nombre de salariés ayant bénéficié des mesures de chômage partiel depuis le 1er mars : 12,9 millions. 1 337 000 demandes d'autorisations ont été effectuées ; au total, quelque 5,6 milliards d'heures de chômage ont été accordées.

On sait également que 47 % des salariés concernés par ces demandes de chômage partiel travaillent dans une entreprise de moins de 50 salariés. Les plus grandes entreprises (plus de 250 salariés) représentent quant à elles 33 % des salariés concernés par le chômage partiel. Les principaux secteurs représentés sont : les activités spécialisées, les secteurs scientifiques et techniques, les services administratifs et de soutien (20 %), le commerce (16 %) ainsi que la construction (11 %). En outre, la région Île-de-France réunit un quart des demandes, quand la région Rhône-Alpes en cumule 13 %.

De nombreuses entreprises ont effectué des demandes d'indemnisation de chômage partiel

Autrement, le nombre d'entreprises ayant procédé à des demandes d'indemnisation de chômage partiel pour le mois de mars 2020 s'élevait au 25 mai à 823 000. Aussi, sur les 10,9 millions de salariés éligibles au chômage partiel, seuls 53 % d'entre eux ont effectivement bénéficié de la mesure, c'est à dire 5,8 millions de salariés. Sur ce total, 5,1 millions proviennent d'entreprises de moins de 50 salariés. Ce proportion très importante s'explique notamment par une « trésorerie plus importante dans les grandes structures », analyse Le Figaro.

Pour le mois d'avril, ce ne sont pas moins de 857 000 demandes qui ont été effectuées. 5,5 millions de salariés sont concernés et le nombre d'heures chômées délivrées par le gouvernement est de 556 millions. « Sur la base des demandes d'indemnisation déposées au 25 mai, seuls 46% de ces salariés ont effectivement été placés en activité partielle ce mois-là », précise la Dares (Direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques).

À savoir cependant que toutes les entreprises n'ont pas encore fait leur demande d'indemnisation pour les mois de mars et d'avril.

Des restructurations pour éviter les licenciements

Autre indicateur important pour donner un aperçu de l'état du marché du travail : le nombre de procédures de restructurations dans les entreprises, plans de sauvegarde (PSE) ou plans sociaux. À préciser que ces plans sont obligatoires pour les entreprises de moins de 50 salariés si plus de dix licenciements sont effectués.

Ainsi, pour éviter les licenciements, le gouvernement avait notamment mis en place, en plus du chômage partiel, des prêts garantis dédiés aux entreprises aux taux très bas, ainsi que certaines aides telle que l'aide directe de 1 500 euros destinée aux PME. Mais les intentions de suppressions de postes ont doublé par rapport au début du mois de mars, ce qui ne manque pas d'inquiéter.

Du côté de Pôle Emploi, 57 000 nouvelles demandes d'inscription ont été enregistrées, représentant une baisse de 33,2 % par rapport à la même semaine de l'année 2019. Mais ce recul est traduit par un « faible nombre de sorties observées durant les premières semaines du confinement et qui se répercute en moindres réinscriptions les semaines suivantes », d'après la Dares. Plus encourageant, le nombre d'offres d'emploi publiées en ligne dans entre le 18 et le 24 mai est à 9 % de son niveau d'avant le confinement, soit une augmentation par rapport aux semaines précédentes. Relevons tout de même que les CDI représentent une part moins importante (57 % contre 66 % pendant la semaine avant le confinement).

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier