Actualité de l'assurance : flotte automobile

Marché auto : les flottes d'entreprise subissent une moindre baisse

Publié le 10 avril 2020
 | Rédigé par
438 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
auto-flotte-parking

Le marché des flottes auto subit une baisse moins importante que le marché des particuliers

La pandémie de coronavirus COVID-19 a mis un grand coup de frein au secteur automobile en France et dans le monde, entraînant une très impressionnante chute du nombre de ventes de voitures. Les conséquences pour les constructeurs auto sont dramatiques et pourraient être irréversibles si cette crise perdure trop longtemps. Toutefois, le marché des flottes automobiles d'entreprise accuse d'une baisse moindre.

Le marché auto est très touché par la crise du coronavirus

Le marché automobile a été mis à l'arrêt par le confinement. La production a été stoppée pour la plupart des constructeurs, les garages et concessions sont pour la plupart fermés (reste l'exception du contrôle technique) et la clientèle n'est plus présente. En termes de chiffres, les ventes ont plongé : Autoviza, leader français du rapport historique de véhicules a donné mis en lumière quelques données le mercredi 25 mars 2020. Le nombre de voitures neuves vendues depuis le début du confinement en France aurait chuté de 93 %.

Rien qu'en février, les ventes se sont écroulées : Renault a par exemple constaté une baisse de 14,3 % par rapport à février 2019 et PSA de 8,9 %. Il est également certain que le mois de mars connaîtra des chiffres encore plus alarmants quant aux ventes automobiles. Entre le 1er et le 16 mars, Renault a par exemple vu ses ventes baisser de 24 %, Peugeot de 12 % et Citroën de 42 % ! D'après Autoways, société disposant d'une licence d'accès au Système d’immatriculation des véhicules (SIV) du ministère de l'Intérieur, les immatriculations ont chuté de 94 % par rapport à 2019 à la même période.

Les flottes auto d'entreprise stimulent encore légèrement le marché auto

Mais si le marché des particuliers est à l'agonie, le marché professionnel résiste tant bien que mal. Les ventes concernant les flottes auto d'entreprise n'ont chuté « que » de 27 %, contre 42 % pour les ventes aux particuliers sur les trois premiers mois de l'année, selon les chiffres d'Autoways. Du côté des ventes aux sociétés et administrations, la baisse est encore moins importante : le recul est d'environ 18 %. Un seul secteur accuse d'une baisse presque aussi importante que le marché des particuliers, les ventes aux loueurs de courte durée tels qu'Avis ou Europcar, qui représentent 13 % du marché total. La baisse est de 39 % pour ce secteur.

Cela confirme les hypothèses avancées par C-Ways, société de conseil en marketing et actionnaire d'Autoways, au sein d'une étude prévisionnelle publiée le 26 mars dernier. Elle avait mis en lien les baisses engendrées sur le PIB et les données économétriques des récessions précédentes pour prédire les baisses du marché auto. « Avec une récession comprise entre - 3 % et - 7 %, le marché reculerait, d'après les élasticités observées empiriquement, de 10 à 22 %, explique C-Ways. Cette chute serait plus marquée pour les ménages : de - 22 % à - 33 %. Le marché des sociétés résisterait mieux (de 0 à - 14 %) et limiterait le recul. »

Eric Champarnaud, dirigeant et cofondateur de C-Ways ajoute : « Lors des crises de 1993 et de 2008, on a à chaque fois constaté un choc de demande de la part des particuliers, suivi d'un très fort rebond lié à la mise en place d’une prime à la casse. Alors que, du côté des sociétés, il y a un effet de lissage dû à la prépondérance des contrats de location de longue durée (LLD). La forte montée ces dernières années de la LLD chez les particuliers pourrait aussi servir d’amortisseur », conclut le cofondateur de C-Ways.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier