Actualité de l'assurance : flotte automobile

Le risque routier est la première cause d'accidents mortels en entreprise, d'après MMA

Publié le 20 novembre 2020
 | Rédigé par
225 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
route-autoroute

Le risque routier nécessite plus de prévention de la part des entreprises

Si cela n'est pas bien connu des entreprises, le risque routier est la première cause d'accidents mortels les concernant, d'après la dernière étude* du mutualiste MMA auprès de dirigeants de TPE et PME sur les cinq dernières années et dévoilée à l'occasion des Journées de la sécurité routière au travail.

22 % des accidents mortels en entreprise sont dus au risque routier

Comme chaque année, MMA a publié son étude consacrée au risque routier en entreprise et en France. On y apprend que le risque routier est responsable de 22 % des accidents mortels en entreprise, soit près d'un quart et un total de 406 personnes décédées lors d'un déplacement lié à son travail en 2019. Ce taux est d'ailleurs stable depuis les cinq dernières années.

D'un point de vue juridique, de nombreux chefs d'entreprise ignorent leur responsabilité à la survenance d'un accident de l'un de leur salarié. Seuls 59 % des dirigeants sondés savent qu'ils peuvent être tenus responsables en cas d'accident de la route impliquant un salarié sur un trajet professionnel. Et 36 % le savent en ce qui concerne le trajet du domicile au lieu de travail.

À noter également que la mesure en vigueur depuis le 1er janvier 2017 obligeant les dirigeants à dénoncer leurs salariés commettant des infractions au code de la route s'est révélée efficace. 76 % des dirigeants allèguent qu'ils dénonceraient un salarié responsable d'une infraction en cas de réception d'un PV. Elle est en outre jugée responsabilisante par les dirigeants à 75 % (+ 22 % par rapport à 2017) et seulement 18 % la trouvent difficile à mettre en place (- 21 % par rapport à 2017).

Dans le détail, les principaux enjeux de la sécurité routière sont les suivants :

  • alcool (66 %) ;
  • stupéfiants (47 %) ;
  • distracteurs de bonne conduite (40 %).

Un risque qui « reste trop peu considéré en entreprise »

Ce risque routier reste toutefois mal connu des entreprises. « Le bilan de 5 années d'étude auprès des dirigeants de TPE et PME montre malheureusement que le risque routier reste trop peu considéré au sein des entreprises. Cela est dû principalement au manque de connaissance de ce danger, alors que la crise actuelle a pour conséquence un recours accru aux véhicules personnels des salariés. C'est pourquoi cette année encore, nous nous mobilisons pour alerter les dirigeants sur leur responsabilité et les inciter à mettre en place des actions de prévention pour la sécurité de leurs collaborateurs », précise Cécile Lechère, en charge de la prévention des risques routiers chez MMA.

Peu de prévention face au risque routier en France

Et qui dit risque peu considéré dit manque de prévention. En effet, seuls un tiers (34 %) des dirigeants sondés ont répondu avoir mentionné le risque routier au sein de leur document unique (DU). De plus, seulement 21 % d'entre eux ont mis en place des actions de prévention face à ce risque pour leur entreprise.

Les chefs d'entreprise interrogés justifient à 57 % ce manque de prévention par le simple fait de ne pas y avoir pensé. Ils sont cependant 71 % à trouver utiles les Journées de la sécurité routière au travail et 43 % d'entre eux désireraient des outils pédagogiques numériques pour mieux informer les entreprises à propos de ce risque routier.

*Étude réalisée par téléphone par l'Ifop pour l'assureur MMA du 5 au 16 octobre 2020 auprès d'un échantillon de 500 dirigeants d’entreprise, représentatif des entreprises françaises de 1 à 49 salariés. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (taille et secteur d’activité) après stratification par région. Comparaison sur 5 ans avec les vagues précédentes menées depuis 2016.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier