Actualité de l'assurance : flotte automobile

En 2021, les entreprises investissent encore plus dans l'électrification de leurs flottes

Publié le 05 mai 2021
 | Rédigé par
240 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
voiture-electrique-charge

Les voitures électriques sont de plus en plus plébiscitées par les entreprises

Avec la crise sanitaire et les avantages fiscaux, les entreprises investissent de plus en plus dans les motorisations plus « propres » : hybride, hybride rechargeable et électrique. Le mouvement qui s'était déjà bien entamé en 2020 s'accélère en 2021.

L'électrification déjà en marche en 2020 prend de l'ampleur en 2021

Pour ce premier trimestre de l'année 2021, on constate une explosion de la vente de motorisations plus « propres » : les progressions sont de 265 % pour les hybrides rechargeables, 119 % pour les hybrides non-rechargeables et 25 % pour les voitures électriques. Les entreprises se montrent donc favorables à cette transition.

Mais cette transition n'est pas uniquement motivée par la volonté des entreprises de se mettre au vert. En effet, le cadre législatif actuel pénalise à la fois les entreprises possédant des flottes automobiles aux motorisations classiques (essence et diesel) tout en offrant des avantages aux flottes plus « écologiques ».

Les ventes de voitures électriques en entreprise boostées par le cadre législatif

Ainsi, ont été mises en place les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) dans plusieurs villes : Paris, puis Lyon, Grenoble, la Métropole du Grand Paris, celle d'Aix-Marseille, Montpellier, Nice, Rouen, Strasbourg, Toulon et Toulouse. Dans ces zones, l'accès aux véhicules les plus polluants a été interdit. Et d'ici à l'année 2025, toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants devront instaurer de telles zones. D'autant plus que l'élection de nombreux maires écologistes pèse dans la balance.

Du côté des mesures incitatives, on retiendra que la fiscalité est avantageuse pour les entreprises désirant investir dans des véhicules hybrides et électriques. Pour les voitures électriques à un coût d'acquisition inférieur à 45 000 euros, le bonus écologique est de 5 000 euros pour les entreprises. À partir du 1er juillet prochain, il sera réduit à 4 000 euros, poussant les entreprises à investir au plus vite. Pour les véhicules électriques dont le coût d'acquisition se trouve entre 45 000 et 60 000 euros, le bonus est de 3 000 euros et diminuera à 2 00 au 1er juillet prochain. Enfin, pour les hybrides rechargeables disposant d'une autonomie électrique de 50 km et d'un coût d'acquisition de moins de 50 000 euros, le bonus est de 2 000 euros et sera réduit à 1 000 euros à la date sus-mentionnée.

Accélérer l'électrification des flottes auto

De surcroît, la loi d'orientation des mobilités (LOM) envisage l'interdiction à la vente des véhicules thermiques pour 2040. En outre, les entreprises comptant plus de 100 véhicules dans leur flotte devront compter une part minimale de 10 % de véhicules à faibles émissions à compter du 1er janvier 2022. Et les objectifs du gouvernement concernant cette part sont ambitieux : 20 % en 2024, 40 % en 2027, puis 70 % en 2030.

Du côté des loueurs de véhicules, l'heure est également à la transition. Pour 2025, Arval compte atteindre un total de 500 000 véhicules électriques au sein de sa flotte européenne, dont 100 000 se situeraient en France. Chez ALD Automotive, 30 % des nouveaux contrats en Europe concerneront l'acquisition de véhicules « propres » d'ici 2025 (électriques, hybrides rechargeables, hydrogène). « La part des véhicules électrifiés a progressé dans notre parc de 17 % l'an passé. C'est principalement le fait des modèles hybrides rechargeables vers lesquels les politiques automobiles et les collaborateurs des entreprises s'orientent », explique le directeur adjoint de l'entreprise.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier