Actualités de l'assurance pour les entreprises

Où en est le secteur de l'assurance concernant l'égalité hommes-femmes ?

Publié le 10 mars 2021
 | Rédigé par
539 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
hommes-femmes-entreprise

Les femmes composent 60,5 % du personnel du secteur de l'assurance

Le secteur de l'assurance est-il un bon élève de l'égalité hommes-femmes ? Les choses ont avancé suite à la mise en place de la loi Copé-Zimmerman en 2011, qui oblige à constituer ses effectifs dans les conseils d'administration d'au moins 40 % de femmes. Mais il reste des progrès à faire dans certains domaines : égalité salariale ainsi que sur la parité dans les comités de direction.

Les femmes manquent dans les postes les plus valorisés dans le secteur de l'assurance

Premier constat : les femmes manquent dans les postes les plus importants hiérarchiquement. D'après l'Observatoire de l'évolution des métiers de l'assurance (OEMA), seuls 32 % des postes de direction étaient tenus par des femmes. On apprend également que malgré la proportion obligatoire à 40 % dans les assemblées d'actionnaires, seules 47 % des organismes sondés respecteraient cette obligation. Dans d'autres fonctions, elles sont aussi sous-représentées : informatique, commerciale (18 % des agents généraux sont féminins, par exemple).

Une étude plus récente montre qu'une soixantaine de femmes détiennent un poste à haute responsabilité dans le secteur. On recense entre autres six présidentes, chez Chubb France, AG2R La Mondiale ou encore Apivia MACIF et douze directrices générales. Un poste de direction sur trois est donc tenu par une femme, soit 11 points de plus qu'il y a une dizaine d'années. Mais un déséquilibre marqué peut être observé en comparant la proportion de femmes dans les effectifs totaux des assurances. En effet, elles sont majoritaires dans le secteur, tous postes confondus : 60,5 %, une part qui tend à progresser.

Un nouvel accord de branche pour l'égalité hommes-femmes peu contraignant

Pour résorber les problèmes liés à la parité hommes-femmes, la Fédération française de l'assurance (FFA) et les syndicats ont signé en octobre dernier un accord de branche. L'objectif était de rénover le dernier texte en la matière, qui datait de 2013. Toutes les entreprises du secteur devront se conformer à ce nouvel accord.

Il porte sur quatre thèmes principaux : lutte contre les discriminations, égalité de rémunération réelle entre hommes et femmes, lutte « contre le harcèlement sexuel, les agissements et les violences sexistes au travail » ainsi que l'adoption d'une politique inclusive en faveur des « publics spécifiques » (jeunes de moins de 30 ans, seniors, travailleurs handicapés).

En pratique, il consiste en des rappels et recommandations en lien à des obligations déjà en vigueur. C'est d'ailleurs ce manque de mesures contraignantes qui a poussé la CGT à refuser de signer l'accord en l'état. L'unique nouveauté se trouve dans un questionnaire envoyé par la branche à l'ensemble des salariés du secteur pour diagnostiquer la situation et éventuellement aboutir à des solutions plus concrètes.

Il y a encore du travail en matière d'égalité salariale

En plus de cette initiative, un bilan sera établi sur les écarts de rémunération entre hommes et femmes. En effet, d'après l'OEMA, cet écart reste de 4,3 % chez les cadres et s'élève à 15 % pour les inspecteurs. À savoir qu'une sanction existe déjà en la matière : les entreprises du secteur doivent publier chaque année un index de l'égalité salariale et risquent des pénalités financières si elles ne respectent pas leurs obligations.

Pour améliorer les choses dans le domaine, l'accord mise sur l'instauration de passerelles et de formations permettant aux femmes d'accéder à ces postes où elles sont sous-représentées. En outre, les structures de moins de 300 salariés pourront bénéficier d'une formation à la non-discrimination à l'embauche. De leur côté, les compagnies d'assurance ont visé quelques objectifs : AXA et Allianz veulent par exemple porter la part de femmes dans leurs instances dirigeantes à 50 %.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier