Actualité de l'assurance : pertes d'exploitation

Coronavirus : les assureurs ne peuvent pas assumer les pertes d'exploitation

Publié le 15 avril 2020
 | Rédigé par
588 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
FFA-logo-assurance

La présidente de la FFA Florence Lustman s'est exprimée à propos des pertes d'exploitation des entreprises

Par le biais de sa présidente Florence Lustman, la FFA (Fédération française de l'assurance) a bien affirmé que les assureurs n'étaient pas en capacité de rembourser les pertes d'exploitation des entreprises suites aux dégâts sur l'économie engendrés par la pandémie de coronavirus COVID-19. Les pertes sont estimées à 60 milliards d'euros environ.

Les assureurs ne sont pas en capacité de rembourser, explique la FFA

« En France, les pertes d'exploitation liées à la pandémie se chiffrent à près de 60 milliards, c'est-à-dire plus que les fonds propres des assureurs non-vie », a allégué au Figaro Florence Lustman, présidente de la FFA. Cette dernière a tenu à réitérer : le secteur de l'assurance ne possède pas la trésorerie nécessaire à rembourser toutes les pertes d'exploitation des entreprises françaises, estimées à près de 60 milliards d'euros. Autrement formulé, on peut comprendre que les assureurs se rendraient insolvables s'ils décidaient de rembourser intégralement les pertes d'exploitation des entreprises, en dehors des assureurs vie (l'assurance vie étant le premier placement des Français, il réunit quelques 1 800 milliards d'euros d'encours et d'importants fonds propres, mais destinés uniquement à l'assurance vie). D'autant plus que les assureurs étaient déjà réticents à rembourser les pertes d'exploitation sans dommages survenues à cause des grèves.

« Indemniser les pertes d'exploitation liées à la pandémie reviendrait à mettre le secteur de l'assurance à terre. Personne n'a intérêt à ce que cela se produise. Nous ne pouvons pas mettre en péril l'argent que les Français nous ont confié, il s'agit en grande partie de leur épargne », se défend-elle encore. « Il faut comprendre les limites de notre métier. Dans aucun pays au monde les pertes d'exploitation des entreprises qui ne sont pas consécutives à un dommage, comme un incendie par exemple, ne sont couvertes », explique-t-elle.

Quelques gestes des assureurs envers les particuliers et les entreprises

Florence Lustman insiste tout de même : elle comprend la « détresse » des petites entreprises. Elle précise également que le secteur de l'assurance se penche « sur des mesures de soutien à l'économie ». Elle annonce entre autres un projet qui veut « investir plus d'un milliard d'euros dans les PME et les ETI, notamment celles du secteur de la santé, qui a des besoins criants. » Elle poursuit : « La Caisse des dépôts et consignations en assurera la coordination générale. Pour aller le plus vite possible, nous allons rouvrir des fonds existants. Et il est possible que nous en lancions de nouveaux. »

En outre, un fonds de solidarité à hauteur de 200 millions d'euros a été ouvert à l'initiative de la FFA à la fin du mois de mars dernier. Il est destiné à aider les TPE, PME et indépendants, les plus touchés par le ralentissement drastique des activités suite au confinement. « Cette mesure de soutien aux TPE et indépendants vient s'ajouter à l'engagement pris le 19 mars pour conserver en garantie les contrats des entreprises en difficulté en cas de retard de paiement suite à la pandémie, et ce pour toute la durée de la période du confinement », pouvait-on lire dans le communiqué de la FFA.

Les assureurs attendus au tournant pendant cette crise du coronavirus

En outre, quelques assureurs dont la MAIF et la Matmut ont pris des mesures exceptionnelles côté auto : des remboursements ou gel des primes d'assurance pour 2020 et 2021 grâce aux gains réalisés sur la baisse de la sinistralité automobile. À ce propos, la présidente de la FFA a tenu à écarter toute possibilité d'un accord général pour rembourser les primes auto des assurés français. « Toutes les compagnies d'assurance ne seront pas en capacité de rendre l'argent des primes auto car elles devront faire face à une hausse des sinistres dans d'autres branches », a-t-elle déclaré.

Florence Lustman garantit cependant que chacun des membres de la FFA proposera « en fonction de ses moyens » des « réductions de primes et des extensions de garanties ». Ces mesures pourraient représenter plusieurs centaines de millions d'euros. Mais il faut dire que les assureurs sont attendus au tournant par les Français. Le lundi 13 avril lors de son allocution, le président de la République Emmanuel Macron avait notamment affirmé qu'il « serait attentif » à la participation du secteur de l'assurance à la solidarité dans le contexte actuel.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier