Actualité de l'assurance : pertes d'exploitation

Coronavirus : Bercy prendra des mesures pour aider les entreprises touchées

Publié le 28 février 2020
 | Rédigé par
2326 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
homme-masque-chirurgical

Il est recommandé de porter un masque chirurgical aux normes en cas de symptomes

L'impact du coronavirus COVID-19 s'est déjà fait ressentir dans le monde professionnel, que ce soit en Chine ou en France. Les entreprises multiplient les mesures de prévention et de protection face au virus. Et pour aider les sociétés françaises à traverser cette crise, le ministère de l'Économie et des Finances a prévu quelques mesures similaires à celles adoptées lors du mouvement des Gilets Jaunes ou de la grève interprofessionnelle survenue en décembre.

Le coronavirus COVID-19 ralentit l'économie mondiale

La Chine possède un rôle clé dans l'économie mondiale : c'est le premier exportateur du monde et son marché couvre la planète entière. De facto, les ralentissements engendrés par la pandémie en Chine ont déjà eu des conséquences sur l'économie mondiale. Apple a par exemple annoncé que ses objectifs pour le deuxième trimestre ne seront pas atteints.

De nombreux équipementiers et constructeurs automobiles ont stoppé leurs chaînes de production. À Busan en Corée du Sud, l'usine Renault Samsung Motors a fermé. « En raison de la proximité géographique, l'usine de Busan est le site le plus exposé aux ruptures d'approvisionnement de Chine », allègue un porte-parole du groupe.

Les grandes entreprises de France comme les PME sont touchées par ce ralentissement

Bercy estime déjà les conséquences de ce coronavirus à 0,1 point d'impact négatif sur la croissance française pour cette année. Et un tel chiffre reste susceptible d'augmenter ; en effet, il « ne préjuge pas d'un possible développement de cette épidémie », détaillait Bruno Le Maire ce vendredi 21 février lors d'une rencontre avec divers acteurs de filières industrielles et économiques.

Le ministre de l'Économie a également mis en évidence les secteurs les plus touchés, pénalisés par le manque de clients et notamment de touristes chinois. On trouve parmi eux le secteur du luxe, de la restauration, de l'hôtellerie ou, tel que mentionné plus haut, les secteurs électronique et automobile. Certaines pièces issues de l'industrie pourraient venir à manquer, comme les pédales de frein par exemple, massivement produites en Chine.

Les compagnies aériennes sont elles aussi touchées par l'épidémie. Air France a en l'occurrence suspendu tous ses vols vers la Chine, engendrant un manque à gagner entre 150 et 200 millions d'euros, d'après les estimations.

Les TPE, PME, artisans et commerçants n'échappent pas non plus au ralentissement globalisé de l'économie. Dans le secteur de la viticulture, les dégâts sont déjà importants. Entre les nouvelles taxes imposées par les États-Unis (25 % suite à un litige avec l'Union Européenne à propos du dossier Airbus) ayant drastiquement réduit les exportations outre-Atlantique et la diminution des commandes chinoises à cause de ce coronavirus, le moral des viticulteurs est au plus bas. « Pour nos viticulteurs, c'est la double peine », a regretté Bruno Le Maire, en ne manquant pas de mentionner le fonds d'indemnisation demandé par Emmanuel Macron.

Pertes : Bercy compte sur les mêmes dispositifs mis en place lors du mouvement des Gilets Jaunes et des grèves

Ainsi, le ministère de l'Économie et des Finances a annoncé plusieurs mesures destinées à aider les entreprises dans cette situation de crise sanitaire. On retrouve les dispositifs mis en place lors du mouvement des Gilets Jaunes ou encore de la récente grève interprofessionnelle, qui a notamment affecté le secteur des transports et a engendré des pertes d'exploitation, contre lesquelles il reste toutefois possible de s'assurer.

Le gouvernement a donc affirmé « maintenir toutes les mesures » déjà en vigueur : délais supplémentaires pour les impôts, activité partielle ou encore dérogations sur les heures supplémentaires.

De surcroît, le service économique de l'ambassade française dans la capitale chinoise sera réquisitionné pour tenir informées les PME et TPE des conséquences du coronavirus COVID-19 sur tous les processus logistiques. Mais pour l'instant, la situation reste très floue. « Tout dépend du rythme de redémarrage des chaînes de production en Chine, car un certain nombre d'opérateurs doivent passer par une décontamination », explique-t-on à Bercy.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier