Actualité de l'assurance : pertes d'exploitation

L'assurance perte d'exploitation : un indispensable pour les commerçants

Publié le 06 avril 2011
 | Rédigé par
Commerçant artisan assurance perte d'exploitation
Face aux aléas de l’activité de commerçant, mieux vaut anticiper. Une panne de machine ou un incendie peuvent du jour au lendemain mettre un terme à cette activité avec un impact retentissant sur le chiffre d’affaires. La parade ? L’assurance perte d’exploitation qui en limitera la portée.
 
L’assurance perte d’exploitation, c’est quoi ? 
C’est une garantie qui complète l’assurance multirisque professionnelle en soutenant les comptes d’une entreprise après la survenance d’un sinistre. L’idée est d’assurer la prise en charge des frais de société en cas de ralentissement de l’activité.
L’assurance perte d’exploitation prend aussi la forme d’une extension à l’assurance bris de machine. Elle couvre alors la baisse d’activité causée par la panne ou la destruction d’une machine.
 
Que couvre l’assurance perte d’exploitation ?
Ce produit d’assurance couvre :
• les frais généraux qui pèsent chaque jour sur le commerçant (salaires, loyers, impôts, factures,…)
• les frais exceptionnels qui permettent de compenser le ralentissement de l’activité (location de matériel de remplacement, démarches administratives,…)
 
À quel moment l’assurance perte d’exploitation joue-t-elle ?
Elle trouve à s’appliquer lorsque l’activité d’un commerçant est ralentie suite à un sinistre couvert par l’assurance bris de machine ou multirisque professionnelle.
En règle générale, les événements garantis sont :
• l’incendie
• l’explosion
• la chute de la foudre
• la chute d’appareils aériens et d’engins spatiaux
• les dommages électriques
• le dégât des eaux
• le bris de machine
• la tempête
• le sabotage,
• la grêle
• le poids de la neige sur les toitures
• les émeute et mouvement populaire
• le vandalisme
• les catastrophes naturelles
 
L’assurance perte d’exploitation, combien ça coûte ?
Son montant varie d’un commerçant à l’autre, l’assureur tenant compte de différents critères :
• le type d’activité et de fonctionnement du commerce
• le genre de machines à remplacer éventuellement
• les coûts pris en charge
À noter que l’assureur applique aussi des coefficients tenant à la durée de l’indemnisation et au plafond d’indemnités.
 
 
Source : News-Assurances
Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier