Actualités de l'assurance pour les entreprises

Grève : les commerçants peuvent demander un délai aux impôts

Publié le 27 décembre 2019
 | Rédigé par
170 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
manifestations-greve

Les grèves ont rendu la fin d'année très difficile pour certains commerçants

La grève interprofessionnelle qui dure depuis le 5 décembre a grandement heurté l'activité économique dans la capitale comme en province. En cette période de fêtes, les commerçants ont été fortement touchés. Sylvain Maillard, porte-parole du mouvement LREM à l'Assemblée nationale, rappelle qu'il est possible pour eux de demander un délai de paiement d'impôts.

La grève : un contexte de ralentissement économique très difficile pour les commerçants

La situation est grave : la grève qui affecte très fortement le secteur des transports a gravement réduit le chiffre d'affaires des commerces dans les villes. Après trois semaines sans relâche, les commerçants sont aux abois. TGV, TER, trains de banlieue, métros, bus... tous ces moyens de transport en commun ont vu leur disponiblité diminuer de façon drastique. Avec les manifestations, les centres-villes deviennent difficiles d'accès, les potentiels clients fuient les commerces et se rabattent parfois sur Internet pour faire leurs courses de Noël.

Au milieu du moins de décembre, les représentants des commerçants et des hôteliers-restaurateurs de la région parisienne avaient dressé leur constat auprès de l'AFP : les chutes d'activités vont de 25% à 60%. Et ces pertes sont d'autant plus importantes que ces grèves surviennent pendant une période habituellement propice à l'économie.

De plus, les conditions de travail des salariés de ces commerces se sont dégradées. Certains employés ne peuvent plus se rendre sur leur lieu de travail malgré les multiples solutions alternatives déployées, tandis que d'autres doivent aménager leurs horaires, réduisant leur productivité. Dans certains magasins, plus d'un tiers des employés manquent à l'appel. Le manque de main d’œuvre et les retards voire impossibilités de livraisons sont catastrophiques.

Un report fiscal est possible pour les commerçants dans une telle situation

Ainsi, Sylvain Maillard a voulu rappeler qu'il était possible pour ces commerçants de demander un délai de paiement pour les impôts. « Ce que nous proposons, pour l'ensemble des commerçants, c'est de faire un report de charges (...), un report fiscal. Il n'y a qu'à demander, c'est un Cerfa, donc un formulaire tout simple, recto-verso, disponible sur le site du ministère [ndlr : de l’Économie] », a-t-il expliqué le jeudi 26 décembre sur CNews. Ce formulaire peut aussi être rempli auprès des chambres de commerce et d'industrie et des chambres des métiers.

Avec un tel « différé de paiement des charges », les concernés pourront « retrouver de la trésorerie dans ce moment un peu compliqué pour nos commerçants », poursuit-il. Il mentionne notamment les hôtels des 1er, 2e, 8e et 9e arrondissements de Paris, « à moitié remplis alors que, normalement, on est dans une période de l'année totalement pleine. » De son côté, le maire de la capitale Anne Hidalgo a demandé des « indemnisations » pour les commerçants de sa ville. La chambre de commerce et d'industrie Paris Île-de-France désire quant à elle « des mesures plus vigoureuses »

Après la crise des gilets jaunes, deux années de chiffre d'affaires fragilisé

Cette grève est d'autant plus problématique qu'elle se produit à un an de la crise des Gilets Jaunes, qui avait déjà fortement perturbé l'activité des commerces durant la période de Noël l'an dernier. Et deux années consécutives de pertes vont être difficiles à assumer pour certaines entreprises, voire même impossible. En mars dernier, la FFA avait dressé un bilan du coût engendré par le mouvement des Gilets Jaunes : entre 170 millions et 180 millions d'euros avaient été assurés.

Et le 11 décembre, le gouvernement avait déjà pris la décision de relancer les aides mises en place pendant les manifestations des Gilets Jaunes, comme l'étalement de paiement de leurs charges fiscales et sociales ou encore les mesures de chômage partiel.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier