Actualité de l'assurance : prévoyance individuelle

Les nouveaux PER (plan épargne-retraite) connaissent un succès certain en 2020

Publié le 23 novembre 2020
 | Rédigé par
529 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
cochon-tirelire-euro

Les nouveaux PER sont plus flexibles que les anciens contrats de prévoyance

Cela fait déjà plus d'un an que les nouveaux PER (plans épargne-retraite) ont été commercialisés. Et ces derniers ont rencontré un certain succès, malgré la crise sanitaire et économique de Covid-19, qui a notamment constaté la fuite des Français de l'assurance vie.

Covid-19 : une épargne inattendue sur les nouveaux PER

En 2020 et avec les différentes mesures sanitaires et de confinement, la consommation a baissé et, corrélativement, l'épargne des Français a augmenté. En effet, la Banque de France révélait en octobre dernier que le montant des dépôts et des liquidités accumulés entre mars et juillet avait atteint un record : 85,6 milliards d'euros. Toutefois, cette épargne n'a pas été également répartie entre les différents supports proposés aux Français. Les livrets sécurisés (Livrets A, livrets de développement durable et solidaire (LDDS) et livrets d'épargne populaire) ont par exemple connu des abondements exceptionnels tandis que l'assurance vie a été délaissée.

Et avec un tel contexte, il n'était guère évident de s'imaginer que les nouveaux PER rencontreraient un tel succès. Mais ces produits lancés en octobre 2019 pour remplacer les anciens PERCOL, PERP, Madelin et CRH (ces derniers ne peuvent plus être commercialisés depuis le 1er octobre 2020), on apprend par une enquête de Planète CSCA que les courtiers les ont très vite intégrés à leurs catalogues. La communication envers les épargnants a donc été particulièrement efficace. Par ailleurs, au 30 mars dernier, les nouveaux PER représentaient quelque 7,8 milliards d'euros d'encours pour un total de 788 000 souscripteurs.

Le PERin ne connaît pas la crise

Quant au PERin (plan épargne-retraite individuel), la FFA recensait 210 000 contrats pour 1,5 milliards d'euros d'encours. Passé l'été, 100 000 souscripteurs supplémentaires avaient été comptés. Plus de 300 000 contrats ont donc été souscrits et il n'est pas exclu que l'année 2020 constate une multiplication par dix du nombre de souscriptions annuelles, par rapport à son ancêtre, le Plan d’épargne retraite populaire (PERP).

Ces PERin peuvent être souscrits à titre individuel, contrairement aux contrats collectifs, les PEROB ou PERECO. Avec les différentes mesures de confinement, les négociations au sein des entreprises ont été rendues plus complexes, privilégiant la croissance du PERin pour cette année.

Comment expliquer un tel succès ?

Outre la bonne intégration de ces nouveaux produits d'épargne par les assureurs et courtiers, le succès des nouveaux PER s'expliquent également par leur placement. Dans l'arbitrage opéré par les épargnants, il se pourrait bien que le PERin ait connu l'image d'un placement entre le Livret A et l'assurance vie. D'une part, un PERin offre une meilleure rentabilité par rapport à un Livret A et son taux fixe de 0,5 %. Il présente souvent des rendement supérieurs à 1 % grâce à des formules panachées entre unités de compte et fonds en euros.

D'autre part, ils permettent différentes options de sortie, en capital, capital fractionné ou encore rentes viagères. Ces options de sorties faisaient d'ailleurs partie des promesses de ces nouveaux contrats, les anciens PER étant bien moins souples. Les transferts d'un contrat vers un autre ont également été facilités.

Grâce à tous ces avantages, le PERin a su tirer son épingle du jeu et se placer sur un segment intermédiaire auparavant peu exploité entre le livret sécurité et l'assurance vie. Sa rentabilité est supérieure et il permet de conserver une épargne plus liquide dans un contexte de crise et d’instabilité.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier