Actualité de l'assurance : multirisque

200 millions du Crédit Mutuel et CIC pour les pertes d'exploitation de leurs assurés

Publié le 24 avril 2020
 | Rédigé par
866 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
credit-mutuel-logo

Cette initiative envers les professionnels vient du Crédit Mutuel et de sa filiale CIC

Indemniser les pertes d'exploitation est très complexe pour les assureurs pendant cette période de « Grand Confinement », tel que l'a précisé Florence Lustman, présidente de la FFA (Fédération française de l'assurance). Toutefois, le Crédit Mutuel et CIC ont décidé de donner un coup de pouce à leurs assurés professionnels en prévoyant 200 millions d'euros pour compenser ces pertes d'exploitation. La mesure concerne les clients ayant souscrit une assurance multirisque professionnelle.

Une mesure pour compenser les pertes d'exploitations des assurés professionnels

« Face à l'urgence de la situation, et bien que contractuellement les garanties pertes d'exploitation ne soient pas applicables aux circonstances actuelles, les Assurances du Crédit Mutuel et CIC Assurances proposent à leurs clients ayant souscrit une assurance multirisque professionnelle avec perte d'exploitation une prime de relance mutualiste, forfaitaire et immédiate », a déclaré le groupe dans un communiqué.

Le groupe bancaire mutualiste Crédit Mutuel ainsi que sa filiale CIC ont publié un communiqué annonçant des indemnisations pour les professionnel ayant souscrit une formule multirisque, pourtant non-couvertes dans la plupart des contrats. Cette mesure tient du « devoir moral » pour le groupe. « On a une responsabilité morale [...] Sortons des débats théologiques. On agit et surtout on agit vite », a allégué sur France Inter ce mercredi 21 avril Nicolas Théry, président de la confédération nationale du Crédit mutuel et de la Caisse fédérale de Crédit mutuel.

200 millions d'euros de primes au total de la part du Crédit Mutuel et CIC

Au total, ce seront 200 millions d'euros que verseront le Crédit Mutuel et sa filiale CIC. « Cela prendra la forme d'un versement correspondant à une estimation forfaitaire de perte de revenus de chaque secteur économique pendant cette période. D'un montant moyen de 7 000 euros, cette prime de relance mutualiste, comprise entre 1 500 et 20 000 euros, mobilisera près de 200 millions d'euros », lit-on encore dans le communiqué du groupe.

Les primes devraient être versées au début du mois de mai prochain et sera financée sur le résultat du groupe et par ses fonds propres. Elle dépendra notamment du chiffre d'affaires des entreprises concernées. « Chaque assuré concerné sera contacté dans les prochains jours par son chargé de clientèle, avec pour objectif de procéder au versement des premières primes dès début mai », indique le Crédit Mutuel. Sont surtout concernés les PME, artisans, commerçants ainsi que le secteur de la restauration. En effet, tous ces acteurs économiques sont particulièrement touchés par cette crise de COVID-19, entre rupture de chaînes logistiques, fermetures obligatoires et perte de clientèle en cette période de confinement.

Quid du rôle des assureurs pendant la crise du coronavirus COVID-19 ?

Les assureurs ont été particulièrement critiqués pendant cette crise : certains les ont accusé d'immobilité et de ne pas répondre aux attentes des entreprises en termes d'indemnisation. Cependant, les initiatives de leur part se multiplient : du côté des particuliers, des remboursements et gel de primes d'assurance auto ont été mis en place par la MAIF et la Matmut par exemple.

Et du côté des professionnels, un fonds à hauteur de 200 millions d'euros a été mis en place par la FFA pour venir en aide aux TPE et PME. En outre, le groupe mutualiste Covéa (MMA, MAAF, GMF) est sur le point de verser quelque 190 millions d'euros à ses assurés ayant souscrit une assurance pertes d'exploitation éligible si survenance d'une pandémie, avec une moyenne de 30 000 euros d'indemnisation par demande en moyenne. Enfin, le Crédit Agricole a également annoncé qu'un « dispositif d'accompagnement des clients » était « en cours de finalisation ». Un peu d'espoir pour les entreprises françaises, donc !

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier