Actualités de l'assurance pour les entreprises

Les Français n'aiment plus leur entreprise

Publié le 05 novembre 2018
 | Rédigé par
163 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.

Le jeudi 18 octobre avait lieu l’édition 2018 de la Fête des Entreprises avec l’opération « J’aime ma boîte ». A cette occasion, l’institut OpinionWay a dévoilé une nouvelle étude consacrée aux rapports des Français avec leur entreprise. Il en ressort une certaine désaffection des salariés à l’égard de l’entreprise. Coup de projecteur.

 

Un désamour des Français en progression

Depuis quelques années, les Français n’aiment pas vraiment leur entreprise. C’est effectivement ce que vient confirmer la nouvelle étude menée par l’institut OpinionWay dans le cadre de l’opération « J’aime ma boîte ».

 

Plus précisément, la majorité des salariés interrogés (ndlr : 62 %) disent aimer leur entreprise. Si ce chiffre peut paraître tout à fait honorable, il apparaît finalement assez décevant si on le compare aux résultats précédemment obtenus.

 

En effet, en 2011, 64 % des Français disaient aimer leur entreprise et ils étaient même 79 % en 2008, soit avant la crise bancaire et financière intervenue à l’automne.

 

Les Français préfèrent l’entreprise à taille humaine

Au-delà de ce constat du désamour des salariés vis-à-vis de leur entreprise, cette étude OpinionWay met l’accent sur l’opinion politique des sondés dans leur appréciation.

 

Ainsi, 85 % des sympathisants de droite confient aimer leur entreprise. A l’opposé, seulement 60 % des sympathisants de gauche ont la même appréciation positive.

 

Enfin, l’amour des salariés pour leur entreprise dépend largement de sa taille : 51 % des Français travaillant dans une entreprise de plus de 5 000 personnes y sont attachés contre 75 % de ceux qui travaillent au sein des très petites entreprises (TPE). Les salariés rechercheraient donc dorénavant une entreprise à taille humaine plutôt qu’un salaire intéressant.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier