Actualité de l'assurance : multirisque

Réchauffement climatique : cette année, les vendanges sont très en avance

Publié le 17 août 2020
 | Rédigé par
198 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
vigne-vendance-raison

Cette année, la récolte du raison commencera dès la mi-août

2020 est une année de très fortes chaleurs et d'ensoleillement. À cause de ces événements climatiques, les vignobles sont très en avance : les vendanges se feront donc plus tôt ! Et le besoin en main d'œuvre est particulièrement important. Dans quelques régions Pôle Emploi a déjà mis en place un dispositif de recrutement des saisonniers.

Les vignobles sont en avance à cause du réchauffement climatique

Nous sommes à peine à la mi-août que les vendanges sont déjà prêtes pour plusieurs régions. Habituellement, la récolte du raisin sur les vignobles français s'effectue à la fin du mois d'août, voire parfois même au début du mois de septembre dans le cas de vendanges tardives. Il faut dire que l'année 2020 a été particulièrement chaude : son printemps a été le plus chaud depuis un siècle.

« Les vignobles présentent une avance remarquable, pour certains jusqu'à un mois par rapport à 2019 », observe l'Afreste, service statistique du ministère de l'Agriculture dans une note. Si l'on explique cette avance par le changement climatique, il faut préciser un peu : le printemps a été particulièrement ensoleillé et suivi d'importantes pluies durant le mois de juin.

« Selon les premières estimations établies au 1er août 2020, la production viticole 2020 se situerait dans une fourchette comprise entre 44,7 et 45,7 millions d'hectolitres. La récolte viticole 2020 serait supérieure de 6 à 8 % à celle de 2019. Sans être aussi élevée que celle de 2018, elle pourrait renouer avec le niveau de la récolte précédant 2017 », année noire pour la vigne française à cause d'un gel meurtrier. À savoir également que Jean Castex a annoncé d'importantes aides destinées au secteur viticole : ces dernières serviront notamment à la gestion du surplus produit cette année.

Un fort besoin en main d'œuvre

La récolte sera bonne, donc le besoin en main d'œuvre sera fort, anticipent les viticulteurs français. Toutefois, les conditions de travail seront plus difficiles qu'à l'accoutumée : la pandémie de Covid-19 impose quelques mesures de sécurité telles qu'instaurer des circuits au sein d'une parcelle de vignes. Les travailleurs saisonniers devront donc s'adapter à ces dispositifs, mais il est certain que le rendement sera plus faible.

Une autre question se pose également : ces mesures seront-elles suffisantes pour rassurer les travailleurs saisonniers ? Chaque année, 400 000 personnes sont embauchées pour les vendanges dans l'ensemble de la France, dont un quart sont étrangères. Et si les restrictions de déplacement ont été levées pour les travailleurs saisonniers, de nombreux viticulteurs pensent à n'embaucher qu'au sein de la main d'œuvre locale.

Des dispositifs de recrutement mis en place par Pôle Emploi

Dans le même temps, Pôle Emploi y voit une occasion d'offrir du travail à ceux qui n'en ont pas dans cette période difficile, où de nombreux licenciements ont déjà eu lieu. En Alsace par exemple, une ligne téléphonique dédiée au recrutement de vendangeurs a été mise à disposition à partir du mardi 11 août. « Cette année, avec un taux de chômage aussi élevé, des vendanges précoces qui devraient permettre aux étudiants de répondre présents et une envie des gens de goûter à cette vie en plein air, on trouvera bien des solutions », explique sur France Inter Christophe Pernet, président de la délégation des employeurs au sein du Syndicat Général des Vignerons de la Champagne. D'ailleurs, l'on trouve de plus en plus d'offres d'emploi saisonnier sur le site de Pôle Emploi.

Mais ce n'est pas tout. « À ce stade, des incertitudes demeurent sur les volumes qui seront produits en AOP dans certains bassins, en raison d'un marché économique dégradé par la crise du Covid-19 », met en évidence l'Afreste. La drastique baisse des ventes due à la crise de Covid amène les viticulteurs à vouloir moins de raison que l'année dernière, en particulier si l'on ajoute à cela la guerre commerciale menée par la Chine et les États-Unis à travers les taxes sur le vin.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier