Actualités de l'assurance pour les entreprises

Retraite à 62 ans : les arrêts maladie coûtent plus cher

Publié le 13 août 2018
 | Rédigé par
408 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.

Entre 2013 et 2016, le coût des arrêts maladie s’est envolé de plus de 13 %. En cause, la retraite à 62 ans. En effet, l’essor du taux d’activité des plus de 60 ans a donné lieu à des arrêts plus longs et généralement mieux indemnisés. Coup de projecteur.

 

7,1 milliards d'euros pour les arrêts maladie en 2016

Arrêts maladie, arrêts de travail et congés maternité... Leur coût n’a de cesse d’augmenter. Ainsi, en juin 2018, le montant des indemnités journalières a bondi de 4,6 % sur douze mois à 10,4 milliards d’euros, selon le rapport « Charges et produits » de la Caisse nationale de l'assurance maladie (CNAM). 

 

A y regarder de plus près, cette hausse concerne d’abord les arrêts maladie dont le coût total s’est envolé de 13,4 % sur la période 2013-2016 pour atteindre 7,1 milliards d'euros. Cette inflation du coût s’explique par des arrêts maladie plus fréquents mais aussi plus longs. Par exemple, en 2016, seules 6 % des prescriptions concernaient des arrêts maladie de plus d’un semestre mais ils représentaient près de la moitié des montants indemnisés (ndlr : 44 %).

 

76 jours d’arrêt pour les salariés de plus de 60 ans en 2016

D’après la CNAM, cette augmentation significative des dépenses d’indemnités journalières pourrait être la « conséquence des réformes des retraites ». Par exemple, la réforme de 2010 a entraîné un décalage de l’âge légal du départ à la retraite à 62 ans. Le taux d’activité des 55-64 ans est alors passé de 41,7 % au premier trimestre 2010 à 54,1 % au dernier trimestre 2016. Or, les travailleurs seniors sont davantage touchés par les effets d’une longue carrière ou les affections de longue durée (ALD).

 

Les arrêts les plus longs concernent surtout les travailleurs les plus âgés. Ainsi, s’agissant des salariés de plus de 60 ans, la durée moyenne de l’arrêt est de 76 jours en 2016, c’est-à-dire plus du double de la durée moyenne des arrêts pour l’ensemble des salariés (ndlr : 33 jours). En outre, les salaires des salariés seniors sont généralement plus élevés que la moyenne des salaires, ce qui se traduit par une augmentation mécanique du niveau d’indemnisation.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier