Actualité de l'assurance : flotte automobile

Ces mesures du Plan Climat qui concernent les flottes

Publié le 25 avril 2018
 | Rédigé par
350 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.

Il y a quelques semaines - le 22 mars 2018 pour être exact - le nouveau Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) a été adopté à l’unanimité par le Conseil de Paris. Ce texte prévoit quelques mesures qui concernent les flottes motorisées. Objectif : neutralité carbone et énergies 100 % renouvelables en 2050. Présentation.

 

Le dispositif Crit’Air étendu

Afin d’en finir avec la mobilité diesel en 2024 et la mobilité essence à horizon 2030, la Ville de Paris a décidé de faire évoluer le dispositif Crit’Air.

 

Plus précisément, ce sont les catégories de véhicules autorisés à circuler dans la Zone à Circulation Restreinte (ZCR) qui doivent prochainement évoluer.

 

Un prix de stationnement selon la pollution émise

Paris veut encourager les professionnels et les particuliers à changer la manière dont ils se déplacent ou à acquérir des véhicules motorisés plus respectueux de l’environnement.

 

Ainsi, en 2020, une nouvelle « tarification positive » devrait voir le jour pour le stationnement, le prix variant en fonction du taux d’émissions de CO2 figurant sur la vignette Crit’Air.

 

Des places de stationnement « servicielles »

Le PCAET prévoit l’obligation de créer une place de stationnement « servicielle » via son Plan Local d'Urbanisme (PLU) pour les livraisons, les professionnels de santé et autres services d’aide à la personne.

 

En outre, d’ici 2024, le système de stationnement Prolib’ permettra aux professionnels de réserver en avance une place de stationnement sur Internet avec un accès prioritairement accordé aux véhicules bas-carbone.

 

Une « tarification kilométrique dissuasive » pour les poids lourds

La Ville de Paris souhaite mettre en place d’ici 2030 une politique tarifaire kilométrique « dissuasive » pour les poids lourds circulant en Ile-de-France.

 

Précisément, ces véhicules motorisés devront s’acquitter du paiement d’une taxe variant selon le nombre de kilomètres parcourus et le type de poids lourd concerné. Cela devrait se traduire par une « diminution du transport routier » ainsi qu’une réduction du nombre des déplacements routiers à vide en région francilienne.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier