Actualité de l'assurance : crédit professionnelle

Plus de financement pour les PME au 1er trimestre 2014

Publié le 23 avril 2014
 | Rédigé par
Assurance crédit pro : un point au 1er trimestre 2014

Le premier trimestre de l’année 2014 témoigne de plusieurs progressions, dont celle de l’accessibilité au crédit et au financement pour les PME. En effet, les banques semblent plus « réceptives » s’agissant de crédit à court terme, avec 70 % de taux d’obtention pour le crédit de trésorerie contre 68 % au trimestre précédent.

Accès amélioré aux financements bancaires

En se basant sur les réponses des entreprises qui empruntent et qui figurant dans le baromètre de la Banque de France, les trois premiers mois de cette année ont vu une hausse de 75 % dans l’octroi de crédit. Les établissements bancaires sont donc plus enclins à accorder du crédit aux PME, surtout lorsqu’il s’agit d’un financement en termes de trésorerie.

A cet effet, on note une stabilisation des demandes de financement en matière d’investissement que ce soit du côté des PME ou des entreprises de taille intermédiaire (ETI). Pour les entreprises, cette meilleure accessibilité au crédit de trésorerie est très positive vu les difficultés qu’elles rencontrent souvent lors de leur demande en raison du contexte économique actuelle, alors que le crédit de trésorerie représente un signe d’espoir.

Des disparités dans l’octroi du crédit

Malgré tout, plusieurs entreprises se plaignent de l’existence de disparités dans le traitement effectué par les banques, qui se focaliseraient notamment sur leur taille. En effet, plus elles sont petites, plus leur demande risque d’être rejetée ou ignorée.

A titre d’exemple, les demandes des ETI sont davantage considérées et acceptées par les banques que celles des PME lorsqu’il s’agit de crédit de trésorerie. En outre, l’accès au crédit dépend aussi du taux de demandes de financement des PME qui ne représente que 6 % pour le crédit de trésorerie et 20 % pour le crédit d’investissement jusqu’au mois de mars dernier. Ainsi, une sensibilisation des entreprises doit être mise en place pour augmenter le nombre de ces demandes, ces entreprises étant souvent réticentes.

Au soutien de sa demande de financement, l’entreprise doit veiller à posséder une bonne assurance crédit professionnelle qui permettra de rassurer l’établissement prêteur en offrant des garanties pour le remboursement de l’emprunt consenti.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier