Actualités de l'assurance pour les artisans et les commerçants

Les règles ont changé pour devenir taxi ou VTC

Publié le 19 avril 2017
 | Rédigé par
De nouvelles règles pour avoir le statut de taxi ou conducteur de VTC

Depuis quelques jours, les règles pour obtenir le statut de véhicule de tourisme avec chauffeur (VTC) ou devenir taxi ne sont plus les mêmes. En effet, différents textes publiés le 7 avril dernier sont venus apporter quelques modifications. Coup de projecteur.

 

Différentes épreuves professionnelles

Un décret et 4 arrêtés récemment parus au Journal Officiel (JO) ont modifié les règles relatives aux professions de taxi et de VTC.

Aux termes de ces nouveaux textes, il est dorénavant indispensable de satisfaire aux exigences suivantes :

- 7 épreuves écrites,

- 91 questions à choix multiples en moins de 4 heures,

- 16 questions « à réponse courte » pour un total de 340 points.

 

Se déroulant dans chaque Chambre des Métiers et de l'Artisanat (CMA) au niveau du département, l’examen se compose d’un tronc commun constitué de 5 épreuves relatives à la gestion, à la sécurité routière, à la réglementation mais aussi aux langues française et anglaise.

 

En outre, chaque profession possède une épreuve spécifique sur la gestion et le corpus réglementaire. Et, s’il obtient la moyenne et évite les notes éliminatoires, le candidat se voit offrir 3 tentatives sur une année pour le passage d’un test de conduite d’une durée de 20 minutes.

 

Notez enfin que la 1e inscription à l’examen coûte 195 euros. Il faut également compter 95 euros supplémentaires pour pouvoir tenter à nouveau sa chance à l’épreuve de conduite.

 

Une nouvelle vignette pour les VTC

Cette nouvelle règlementation n’oublie pas celles et ceux qui ont passé l’ancien certificat professionnel de conducteur de taxi. Ainsi, les candidats qui ont déjà pu valider des modules n’auront pas à repasser les nouvelles épreuves écrites correspondantes, et ce, jusqu’à fin 2017.

 

Une fois qu’il est reçu à l’examen, le chauffeur de taxi ou de VTC se voit aussi offrir la possibilité de passer pendant 3 ans les épreuves de l’autre catégorie professionnelle. Il devra alors payer 40 euros et passer un nouvel examen de conduite pour 95 euros.

 

Une nouvelle vignette ronde et rouge remise aux conducteurs de VTC doit être apposée sur le pare-brise de leur véhicule. De même, une nouvelle carte professionnelle est délivrée par la préfecture.

 

Enfin, les conducteurs étrangers citoyens issus d’un autre pays européen peuvent légitimement exercer les métiers de taxi ou VTC après avoir fait reconnaître leur « aptitude professionnelle » auprès des préfectures. Ces organismes pourront ainsi vérifier leur niveau de langue, leur demander de passer un examen ou leur imposer de suivre une formation.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier