Actualités de l'assurance pour les auto entrepreneurs

Impôts, allocation... : ce qui change pour l'auto-entrepreneur en 2019

Publié le 05 décembre 2018
 | Rédigé par
269 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.

Avec la nouvelle année vient son lot de nouveautés ! Ainsi, l’auto-entrepreneur n’échappe pas à cette habitude et l’année 2019 comportera son lot de changements. Plus précisément, les travailleurs indépendants devront composer avec le prélèvement à la source et ils pourront bénéficier d’un « coup de pouce ». Explications.

 

Quels plafonds de CA pour 2019 ?

S’ils ont changé cette année, les plafonds de chiffres d’affaires (CA) des auto-entrepreneurs ne bougeront pas en 2019.

 

Ainsi, ils atteindront :

  • 70 000 euros pour les prestations de services relevant de la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou des bénéfices non commerciaux (BNC),
  • 170 000 euros pour les activités relevant de la vente de marchandises.

Comme de coutume, si l’un de ces seuils est dépassé, le professionnel concerné ne pourra plus se prévaloir du régime de l’auto-entrepreneur.

 

A noter qu’en cas de cessation d’activité, l’auto-entrepreneur aura droit à l’allocation dite « des travailleurs indépendants ». Valable pour un semestre au maximum, ce « coup de pouce » ne peut excéder 800 euros par mois. Pour y avoir droit, il est nécessaire que le professionnel ait réalisé un bénéfice annuel d’environ 10 000 euros et que son activité fasse l’objet d’une procédure de redressement judiciaire ou d’un jugement d’ouverture de liquidation judiciaire.

 

Et si vous optiez pour le versement libératoire ?

Comme vous le savez sans doute, le prélèvement à la source entrera en vigueur le 1er janvier 2019 tant pour les particuliers que pour les professionnels.

 

Pour les travailleurs indépendants, cela signifie qu’en cas d’activité déjà lancée, le montant des acomptes acquittés mensuellement ou trimestriellement sera calculé par l’administration fiscale en tenant compte du dernier CA annuel connu. Autrement dit, pour 2019, c’est la déclaration de revenus complétée au printemps 2018 qui sera prise en compte.

 

Enfin, pour un suivi en temps réel de sa trésorerie, le travailleur indépendant peut opter pour le versement libératoire. Cela signifie concrètement qu’il payera son impôt sur le revenu (IR) en même temps que les cotisations sociales selon une périodicité mensuelle ou trimestrielle.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier