Actualités de l'assurance cyber-risques

Ministère des Affaires étrangères : des données personnelles de voyageurs piratées

Publié le 19 décembre 2018
 | Rédigé par
718 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
logo-ministère-europe-affaires-étrangères

Des « données personnelles » enregistrées par des voyageurs sur une plateforme web du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères ont été piratées selon une communication officielle du Quai d’Orsay. Toutefois, aucune donnée sensible n’a été compromise lors de cette cyberattaque. Coup de projecteur.

 

Nom, prénom, téléphone et email piratés

Depuis 2010, le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères propose le service « Ariane ». Il permet à celles et ceux qui prévoient une mission ou un voyage hors des frontières de l’Hexagone de s’inscrire en ligne. Ainsi, ils peuvent notamment recevoir des informations relatives à la sécurité de leurs différents déplacements.

 

Selon l’AFP qui a été en mesure d’accéder à un courriel envoyé par le Quai d’Orsay aux victimes de cette attaque cyber, les données volées par le hacker sont leur nom et prénom, leur numéro de téléphone mobile ainsi que leur adresse email.

 

En outre, le ministère signale que ces « données personnelles enregistrées » pourraient faire l’objet d’« utilisations détournées mais limitées dans leur effet » car ces informations ne présentent aucun caractère sensible.

 

Le Quai d’Orsay invite à la vigilance

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères estime qu’il n’est pas impossible que les données personnelles piratées soient utilisées pour de la publicité par email ou par sms, des tentatives d’escroquerie ou de l’hameçonnage (« phishing »).

 

C’est pourquoi le Quai d’Orsay invite les victimes à faire preuve de vigilance vis-à-vis des « messages de source douteuse, cherchant à usurper l’identité » du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères ou d’un « proche en déplacement à l’étranger ».

 

Enfin, le Quai d’Orsay dit avoir saisi notamment la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL).

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier