Actualités de l'assurance cyber-risques

L'Anssi avertit sur les cyber-risques

Publié le 23 octobre 2017
 | Rédigé par
Selon l'Anssi, des PME « meurent en silence » à la suite de cyberattaques

Directeur général de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi), Guillaume Poupard a récemment mis en garde sur les risques représentés par le piratage informatique. Il a estimé aussi que les récentes cyberattaques avaient permis une prise de conscience salutaire. Coup de projecteur.

 

Personne n’est à l’abri

En ouverture des Assises de la sécurité et des systèmes d'information qui ont eu lieu à Monaco du 11 au 14 octobre, Guillaume Poupard, DG de l’Anssi, a déclaré : « Je vais être cynique, mais on a eu la chance d'avoir ces attaques au printemps ».

 

En effet, selon lui, elles ont montré que personne n’était à l’abri et que tout le monde pouvait être affecté, des grandes sociétés aux petites et moyennes entreprises (PME) en passant par les particuliers.

 

Pour mémoire, ces attaques de type malware baptisées « Wannacry » et « NotPetya » ont affecté de nombreuses entreprises et organisations à travers le monde causant plusieurs milliards d’euros de dégâts. D’après Guillaume Poupard, elles ont permis une sensibilisation des dirigeants dans la prise en compte de la cybersécurité.

 

Des PME qui « meurent en silence »

En qualité de directeur général de l’Anssi, Guillaume Poupard a appelé de ses vœux une généralisation des actions de sensibilisation.

 

C’est dans ce cadre que viennent s’inscrire le Mois européen de la cybersécurité, la formation en ligne ouverte à tous (MOOC) et proposée par l’Agence ou plus récemment le lancement de cybermalveillance.gouv.fr, plateforme gouvernementale contre la cybermalveillance et ayant pour mission de prévenir et aider la population en matière de sécurité numérique.

 

Plus précisément, Guillaume Poupard considère que ces efforts de sensibilisation doivent viser notamment les PME qui apparaissent particulièrement vulnérables face au risque de cyberattaques. Il a effectivement déclaré que ces entreprises « étaient sans doute les premières ciblées ». Et l’intéressé d’ajouter que certaines « meurent en silence », « mettent la clef sous la porte à cause d'attaques informatiques ».

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier