Actualités de l'assurance cyber-risques

Cybermalveillance.gouv.fr fait le point lors du FIC 2019

Publié le 04 février 2019
 | Rédigé par
493 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
logo-forum-international-cybersécurité

Les 22 et 23 janvier 2019, Lille accueillait le Forum International de la Cybersécurité (FIC). Cette édition 2019 a notamment été l’occasion pour le portail gouvernemental Cybermalveillance.gouv.fr de procéder à un nouveau bilan de sa fréquentation et de ses actions. Coup de projecteur.

 

Près de 5 000 diagnostics en janvier 2019

Offrant une réponse à la fois rapide, pertinente et documentée aux victimes de cyber-menaces, Cybermalveillance.gouv.fr a profité du FIC 2019 pour dresser un nouvel état des lieux.

 

Depuis son lancement, le dispositif est venu en aide à près de 30 000 particuliers et professionnels victimes d’une cyberattaque. Un chiffre qui témoigne de la notoriété croissante de la plateforme auprès du grand public.

 

En outre, en janvier 2019, ce sont près de 5 000 victimes qui ont réalisé un diagnostic de leur situation et bénéficié soit de conseils pertinents, soit d’une mise en relation avec un prestataire référencé sur la plateforme.

 

1 534 prestataires référencés sur la plateforme

Des particuliers victimes de phishing (hameçonnage), de piratage ou de logiciels malveillants font appel à Cybermalveillance.gouv.fr mais ce ne sont pas les seuls. En effet, les personnes morales sollicitent également la plateforme. Plus précisément, 3 650 entreprises et 631 collectivités y ont eu recours en 2018.

 

Financé par des deniers publics et des financements privés réalisés par les membres du portail tels qu’Eset, Bitdefender ou Kaspersky Lab, Cybermalveillance.gouv.fr compte aujourd’hui 37 membres qui collaborent avec ses 7 salariés pour l’amélioration du processus de diagnostic et la rédaction de contenus de sensibilisation.    

 

Quant aux prestataires référencés, ils sont actuellement 1 534 prenant le relais de Cybermalveillance.gouv.fr après le diagnostic. Ainsi, si un ransomware (rançongiciel) est en cause, la victime se voit proposer un devis de dépannage.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier