Actualités de l'assurance pour les auto entrepreneurs

Quel profil pour l'auto-entrepreneur en 2014 ?

Publié le 19 septembre 2016
 | Rédigé par
A quoi ressemble l'auto-entrepreneur de la génération 2014 ?

Lancé en 2009, le régime de l’auto-entrepreneur a logiquement évolué. Dans une récente enquête, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) s’intéresse aux caractéristiques de la génération 2014 d’auto-entrepreneurs. Coup de projecteur.

Plus de femmes, plus jeunes et plus diplômés

Entre 2010 et 2014, la part des femmes dans les immatriculations de nouvelles auto-entreprises est passée de 34 à 37 %. En outre, les femmes auto-entrepreneurs ont plus de facilité que les hommes à lancer concrètement leur activité : 67 % d’entre elles y parviennent contre un peu plus de la moitié des hommes (ndlr : 56 %).

Autre enseignement : l’âge des auto-entrepreneurs de la génération 2014. Ils sont en moyenne âgés de 38 ans et sont un peu plus jeunes que ceux de la génération 2010 dont l’âge moyen est de 39 ans. Ce rajeunissement relatif s’explique par une représentation plus importante des auto-entrepreneurs de moins de 30 ans qui ont compté pour 30 % des immatriculations en 2014 contre 27 % en 2010.

Les auto-entrepreneurs de la génération 2014 sont également plus nombreux à être diplômés du supérieur : 29 % des immatriculés en 2014 contre 24 % en 2010. D’ailleurs, être diplômé peut constituer un avantage au moment de se lancer puisque 65 % des diplômés sautent le pas contre 52 % des non-diplômés.

Plus seuls et plus soutenus financièrement

Les chiffres dévoilés par l’Insee laissent aussi apparaître que les auto-entrepreneurs de la génération 2014 sont plus solitaires que leurs prédécesseurs. Ainsi, si la moitié d’entre eux se lançaient seuls en 2010, cette tendance s’est accentuée en 2014 avec 62 % des auto-entrepreneurs concernés.

En 2014, on constate aussi que les auto-entrepreneurs ont été plus nombreux à bénéficier d’un dispositif d’aide publique : plus d’un tiers d’entre eux ont été aidés en 2014, ce qui représente 6 points de plus que la génération précédente.

Enfin, si le régime de l’auto-entrepreneur contribue moins aujourd’hui à la création d’entreprises qu’à ses débuts, il apparaît toujours nécessaire. En effet, 54 % des auto-entrepreneurs qui en ont fait leur activité principale et 71 % de ceux qui exercent à titre complémentaire considèrent qu’ils n’auraient pas lancé leur activité si le régime n’avait pas existé.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier