Actualités de l'assurance pour les auto entrepreneurs

L'auto-entreprenariat, un régime trop coûteux ?

Publié le 16 mars 2015
 | Rédigé par
Auto-entrepreneur : le régime est-il devenu trop cher ?

S’il y a encore quelques années, devenir auto-entrepreneur constituait une alternative pertinente, ce n’est plus forcément le cas aujourd’hui à cause d’une fiscalité revue et corrigée. En effet, cela coûte de plus en plus cher d’être auto-entrepreneur. Explications.

Des cotisations sociales en hausse

Pour rappel, le régime d’auto-entrepreneur a vu le jour en 2009 et a séduit plus d’un million de personnes. A sa création, le taux de cotisations sociales avait été fixé à 12 % pour les auto-entrepreneurs œuvrant dans la vente, à 21,3 % pour ceux proposant des services et à 18,3 % pour les activités libérales.

Même si un léger recul a été constaté au début du mois de janvier 2015, ces taux connaissent des hausses allant de 1 % à 4,6 %. Ainsi, le taux est passé à 22,9 % pour les activités libérales et de service et à 13,3 % pour les activités de commerce.

Outre ces hausses, on remarque l’ajout de nouvelles charges. Ainsi, le régime doit composer actuellement avec trois taxes dont la cotisation foncière des entreprises (CFE), la contribution à la formation professionnelle (CFP) et la taxe pour frais de chambre (TCF).

Plus proche des autres travailleurs indépendants

La CFE a été créée un an après le régime d’auto-entrepreneur. Depuis, elle a été assouplie, ce qui permet aux auto-entrepreneurs de bénéficier d’une exonération pour leur première année d’activité.

La CFP, quant à elle, a été lancée en 2011. Elle dépend du chiffre d’affaires réalisé et atteint 0,1 % pour l’activité commerciale, 0,2 % pour les prestations de service et 0,3 % pour les activités libérales.

Enfin, la TCF se calcule selon le chiffre d’affaires et varie de 0,007 % à 0,89 % d’une région à une autre et d’une activité à une autre.

Ces différentes taxes ont pour conséquence de rendre le régime de l’auto-entrepreneur proche de celui des autres travailleurs indépendants.

Et l’assurance professionnelle ? Malgré ces évolutions, il ne faut pas y renoncer. D’ailleurs, selon le type d’activité exercée, il peut s’agir d’une obligation. Heureusement, avec un comparateur, vous pouvez souscrire une assurance auto-entrepreneur à tarif attractif.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier