Actualités de l'assurance pour les entreprises

La sinistralité au travail en hausse en 2014

Publié le 20 novembre 2015
 | Rédigé par
Arrêts de travail et maladies professionnelles en hausse en 2014

La Caisse Nationale de l'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (Cnamts) a dévoilé ses chiffres relatifs aux accidents du travail ainsi qu’aux maladies professionnelles pour 2014. Coup de projecteur.

Combien d’accidents du travail en 2014 ?

Après deux années de baisse, le nombre des accidents du travail et des maladies professionnelles a légèrement augmenté en 2014 à +0,5 % et de +0,3 % respectivement.

Plus précisément, on a recensé 621 111 accidents du travail ayant donné lieu à un arrêt de travail ou à une incapacité permanente. Les principaux « responsables » : la manutention qui compte pour la moitié des cas recensés et les chutes que ce soit de plain-pied ou de hauteur (26 % des accidents enregistrés).

La fréquence des accidents du travail, quant à elle, figure à l’un des niveaux les plus bas depuis 70 ans avec un indice de fréquence qui se fixe à 34 accidents du travail avec arrêt pour 1 000 salariés. Cela représente un arrêt de travail tous les trois ans pour une entreprise qui compte moins de dix salariés.

Enfin, le bâtiment et les travaux publics (BTP) demeure l’un des secteurs les plus touchés par les accidents du travail. Ainsi, en dépit de la baisse enregistrée au cours des dernières années, l’indice de fréquence est quasiment deux fois supérieur à la moyenne des autres activités professionnelles de l’Hexagone.

Quelles maladies professionnelles en 2014 ?

Parmi les maladies professionnelles, les troubles musculosquelettiques (TMS) ont représenté en 2014 l’écrasante majorité des maladies professionnelles enregistrées (87 %). A contrario, les maladies liées à l’amiante représentent « seulement » 7 % du total des maladies professionnelles recensées l’année dernière. En outre, les cancers dus à l’amiante comptent pour 81 % des cancers d’origine professionnelle. Un chiffre en recul toutefois de 3,7 %.

L’annonce de ces dernières données chiffrées a été l’occasion de rappeler la signature en 2014 d’une nouvelle convention de gestion et d’objectifs entre l’Etat et la Cnamts. Entre autres priorités, les différents programmes visent à réduire la sinistralité due aux TMS, les risques de chute dans le BTP ou encore l’exposition aux agents cancérigènes à horizon 2017.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier