Actualités de l'assurance pour les professions libérales

Mieux encadrer la formation des ostéopathes

Publié le 24 septembre 2014
 | Rédigé par
Le gouvernement s'intéresse à la formation des ostéopathes

L’ostéopathie est de plus en plus répandue en France avec 20 000 professionnels. Et chaque année, ce sont 3 000 nouveaux ostéopathes qui sont formés. Attentif, le gouvernement veut mieux encadrer la formation de ces professionnels. Quelques explications.

Des ostéopathes en surnombre

Le nombre des ostéopathes en France croît considérablement. Pour preuve, depuis 2009, leur nombre a doublé pour atteindre 13 000 professionnels dont la plupart a été formée en cinq ans.

D’après Dominique Blanc, président du premier syndicat d'ostéopathes de France, les ostéopathes ne gagnent pas suffisamment leur vie. Selon les résultats d’une enquête de l’Union Fédérale des Ostéopathes de France (UFOF), la moitié d’entre eux ne percevrait pas un revenu supérieur à 16 000 euros par an. Soit un revenu mensuel à 1 300 euros par mois.

Vers un meilleur enseignement

Un décret récemment paru au Journal Officiel témoigne de la volonté du gouvernement de se concentrer sur la formation des ostéopathes. Au programme, un encadrement des agréments pour un meilleur enseignement.

Rappelons qu’en 2007, le ministère de la Santé avait délivré de nombreux agréments à l’intention des établissements privés, donnant un coup de vent à l’augmentation du nombre de ces professionnels. Actuellement, chaque année, 3 000 diplômés en ostéopathie sortent des 72 écoles d’ostéopathie en France.

Toutefois, l’enseignement dispensé est différent d’un établissement à un autre. En effet, le syndicat d’ostéopathes a déclaré, en 2012, que, parmi ces établissements, seule une quinzaine prodigue un enseignement qualifié de « sérieux ». Cet encadrement du gouvernement devrait donc rassurer autant ces professionnels que leurs patients.

Parce que l’exercice du métier d’ostéopathe n’est pas sans risques, mieux vaut souscrire une assurance professionnelle libérale qui permettra au professionnel de santé d’être couvert dans le cadre de ses activités.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier