Actualités de l'assurance pour les professions libérales

Les indépendants conscients des risques en prévoyance

Publié le 15 avril 2017
 | Rédigé par
Contrat prévoyance : les TNS veulent le maintien d’un niveau de revenus

Eu égard à leur statut spécifique, les travailleurs non-salariés (TNS) sont plus exposés. Mais, s’ils ne négligent pas le risque d’accidents de la vie, ils ne souscrivent pas forcément un contrat de prévoyance en raison notamment des tarifs pratiqués. Explications.

 

Pourquoi les TNS souscrivent-ils ?

Selon une récente étude réalisée conjointement par L’Argus de l’assurance et Ciprés Assurances, courtier grossiste spécialiste en assurance prévoyance et santé, les TNS témoignent d’une réelle maturité en matière de prévoyance (invalidité, incapacité et décès).

 

Conscient de ce risque, 60 % des professionnels interrogés disent avoir entrepris les démarches pour se couvrir en cas de maladie ou d’accident et 65,2 % d’entre eux ont opté pour une assurance décès.

 

Lorsque l’on s’intéresse aux motifs qui ont poussé ces TNS à souscrire une telle assurance, ils évoquent pêle-mêle :

- le maintien d’un niveau de revenus en cas de problèmes de santé (71 %) ;

- le maintien d’un niveau de revenus en cas d’accident (66,7 %) ;

- la protection des proches en cas de décès (60,6 %) ;

- les avantages liés à la loi Madelin (12,9 %).

 

Les tarifs, 1er frein à la souscription

La souscription d’une assurance prévoyance ne fait pas l’unanimité parmi les TNS. Ainsi, un tiers des professionnels sondés n’est pas couvert citant les « freins » suivants :

- les tarifs (61 %) ;

- leur disponibilité (22,1 %) ;

- la clarté des offres (16,9 %).

 

Enfin, l’étude s’intéresse au rôle des réseaux prescripteurs. Sur ce point précis, 14,4 % des professionnels sollicités évoquent les conseils dispensés par l’expert-comptable et 19 % mentionnent les conseils de proximité en assuran­ce, qu’il s’agisse de courtiers ou d’agents.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier