Actualités de l'assurance pour les professions libérales

Les Français et le métier d'architecte

Publié le 29 octobre 2014
 | Rédigé par
Les Français se prononcent sur le métier d'architecte

L’IFOP, sollicité par le Conseil national de l'Ordre des architectes, a procédé lors des dernières universités d’été de la profession à une étude sur la manière dont les Français et les architectes perçoivent les problématiques liés à l’architecture. Présentation.

Quelques enseignements

Les avis des Français et des architectes pour ce qui est de l’apport de l’architecture, de réhabilitation et d’agrandissement de bâtiment diffèrent, comme le prouvent les résultats de l’étude menée par l’IFOP.

Si 50 % des Français sondés jugent l’apport de l’architecte en fonction du respect des normes et des règlements applicables à la construction, de la solidité et de l’étanchéité du bâtiment créé au fil du temps et de la qualité en termes d’environnement, les architectes, eux, s’intéressent plutôt à son apport en fonction de leur prise en compte des exigences des habitants.

En ce qui concerne le logement collectif et la maison individuelle, les architectes devraient fortement tenir compte des nouvelles exigences en matière d’écologie, telles que les énergies renouvelables ou l’isolation, selon les Français.

Les Français pensent aussi que le prix de conception d’un bâtiment devrait être moins cher. En écho, les architectes se préoccupent des modes de vie des usagers de ces logements individuels et collectifs.

Coûts élevés et contraintes liées à la construction

Sur le front de la construction, les architectes interrogés se plaignent de devoir faire face à des contraintes trop pesantes en termes de procédures administratives et réglementaires, de normes urbaines et de règles de construction. Ils évoquent aussi le coût non négligeable des terrains.

De leur côté, 70 % des Français sondés pensent que la cherté du terrain est le premier obstacle à la construction. 65 % d’entre eux blâment le prix trop important des matériaux et de la construction elle-même avant d’évoquer les démarches administratives et réglementaires en construction trop contraignantes.

Cette étude a été réalisée auprès de 807 architectes représentant les architectes actifs et membres de l’Ordre et 997 Français âgés de 18 ans et plus.

Dans le cadre de ses activités, l’architecte a besoin d’une bonne assurance professionnelle. Cela lui permet de bénéficier d’une protection dans ses rapports avec ses différents clients.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier