Actualités de l'assurance pour les professions libérales

Des médecins condamnés à plus d'un million d'euros

Publié le 09 décembre 2015
 | Rédigé par
Rapport annuel sur le risque médical : ces médecins condamnés à plus d'un million d'euros

Dans un récent article, Le Quotidien du Médecin a évoqué ces « affaires » récentes dans lesquelles les professionnels de santé ont dû verser des indemnités dépassant un million d’euros. Coup de projecteur.

Un enfant infirme après souffrance fœtale et retard de césarienne

Un gynécologue a laissé sa patiente sous le regard de la sage-femme sans aucune surveillance médicale afin de réaliser un autre accouchement dans une salle voisine, et ce, alors même que la première naissance était mal engagée. A son retour, le praticien a tardivement pratiqué une césarienne.

La clinique a été jugée responsable à 20 % et le gynécologue obstétricien à 80 %. Agé de 13 ans aujourd’hui, l’enfant passe 5 jours par semaine en centre médico-éducatif.

Montant de l’indemnisation : 1,8 millions d’euros.

Une parturiente décède et un enfant naît infirme

Un gynécologue obstétricien a mal apprécié la gravité de la situation, a prescrit un antihypertenseur non adapté par voie téléphonique, est arrivé tard à la clinique et a pratiqué trop tardivement une césarienne. La sage-femme n’a pas analysé les urines de la patiente ni contrôlé sa tension artérielle. Ces fautes successives ont causé le décès de la parturiente et la naissance d’une enfant infirme moteur et cérébral.

La clinique a été jugée responsable à 30 % et le gynécologue obstétricien à 70 %.

Montant de l’indemnisation : 1,5 millions d’euros.

Une paraplégie suite à une péridurale

En l’espèce, l’anesthésiste qui a réalisé la péridurale a manqué à son devoir d’information concernant les risques et complications éventuels de cette technique d'anesthésie. Auteur de la consultation anesthésique, son confrère a également été jugé responsable.

Montant de l’indemnisation : 1,1 millions d’euros.

Plus d’informations dans le rapport annuel sur le risque médical de la MACSF-Sou médical.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier