Actualité de l'assurance : mutuelle santé collective

Mutuelle d'entreprise : et les journalistes pigistes ?

Publié le 08 février 2016
 | Rédigé par
Loi ANI : les journalistes pigistes mieux pris en charge

En vertu de la loi ANI, le régime de frais de santé des journalistes pigistes est en vigueur depuis début 2016. Son financement est le fait d’un fonds collectif dont la gestion a été confiée à Audiens, groupe de protection social des secteurs de la culture, de la communication et des médias. Explications.

Le financement par un fonds collectif

L’accord conclu en septembre 2015 relatif aux régimes prévoyance et santé des journalistes pigistes s’est traduit par une amélioration des garanties prévoyance avec l’addition de la rente éducation notamment.

Il s’est traduit aussi par la mise en place d’un nouveau régime de frais de santé qui bénéficie à tout journaliste ayant rédigé au moins une pige au cours des deux dernières années.

Ce régime est financé par un fonds collectif dédié qui est alimenté par les cotisations des employeurs et dont la gestion est assurée par Audiens.

Désormais, tout journaliste qui adhère à la mutuelle santé collective bénéficie d’une prise en charge employeur représentant 50 %. Totalement facultative, l’adhésion au régime de frais de santé permet toutefois d’accéder au fonds collectif.

Un « mécanisme original » validé

En ce qui concerne les garanties, les plafonds apparaissent légèrement supérieurs au « panier de soins ANI » qui correspond au minimum prévu par l’accord national interprofessionnel sur la compétitivité et la sécurisation de l'emploi du 13 janvier 2013.

En outre, l’accord conclu l’année dernière a reçu la validation de la direction de la Sécurité sociale en novembre 2015 qui y a vu un « mécanisme original ». D’ailleurs, un avis d’extension a été publié au Journal officiel le 23 janvier 2016 pour que cet accord soit étendu aux pigistes de la radiodiffusion et de l’audiovisuel.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier