Actualité de l'assurance : mutuelle santé collective

Complémentaire santé pour tous : l'AGEA avertit

Publié le 12 mars 2013
 | Rédigé par
Après l'ANI du 11 janvier 2013, l'AGEA redoute le pire

L’accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 n’en finit plus de faire des vagues. Après l’assureur Groupama par la voix de son DG Thierry Martel, c’est au tour de l’AGEA, fédération des syndicats d’agents généraux d’assurance, de monter au créneau. Tour d’horizon.

Gare à la surrèglementation

Selon l’AGEA, Fédération nationale des syndicats d’agents généraux d’assurance qui représente la profession aux niveaux national et européen, cet accord du 11 janvier 2013 a suscité « incompréhension et très vive inquiétude » au sein de la profession.

Dans un communiqué officiel, l’AGEA explique l’origine du malaise : la volte-face brutale du Gouvernement qui s’est notamment soldée par la « réintroduction des clauses de désignation » dans le texte qui transpose l’ANI précité relatif à la généralisation d’une mutuelle santé collective à tous les salariés du privé.

Pour l’AGEA, le texte fait peser, en l’état, le risque d’un trop plein de règlementation.

Les inquiétudes de l’AGEA

A l’heure de l’analyse, l’AGEA évoque et soulève notamment les points suivants :

- une « entorse manifeste » à la liberté contractuelle initiale qui permettait à chaque société de choisir en toute liberté son « prestataire santé »

- un objectif poursuivi qui apparaît assez incompréhensible puisqu’il ne garantit en rien la qualité de la couverture santé offerte à chaque salarié bénéficiaire

- une « vive inquiétude » sur le chiffre d’affaires des agents généraux, présentés comme des « acteurs de proximité et de la vitalité des territoires »


Source : Communiqué de presse officiel

 

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier