Actualités de l'assurance pour les artisans et les commerçants

Stress et inquiétudes parmi les artisans du BTP

Publié le 14 mars 2016
 | Rédigé par
Baromètre Arti Santé 2015 : les artisans du BTP sont-ils en bonne santé ?

Selon le baromètre Arti Santé 2015 qui porte sur l’état de santé des artisans du bâtiment et des travaux publics (BTP), 78 % de ces professionnels disent être en bonne santé. Toutefois, 43 % d’entre eux avouent ne pas consulter fréquemment leur médecin, et ce, alors même qu’on note une hausse des troubles physico-psychologiques. Etat des lieux.

Le médecin boudé par les artisans

L'Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail (Iris-ST) a récemment publié l’édition 2015 de son baromètre Arti Santé consacré à la santé des artisans du secteur du BTP.

Réalisé avec le concours de la Chambre nationale de l'artisanat, des travaux publics et paysagistes (CNATP) et de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), ce second baromètre comporte un enseignement principal : même s’ils se disent en bonne santé, les artisans du BTP souffrent de pathologies tant psychiques que physiques. Comme en 2014.

Ainsi, 78 % des artisans disent être en bonne santé. Pourtant, 43 % d’entre eux avouent ne jamais consulter ou très rarement le médecin. Pourquoi ? Pour la moitié des artisans, le temps leur fait défaut. Un tiers estime ne pas en avoir besoin.

Des déclarations qui apparaissent assez contradictoires car 79 % des artisans interrogés disent souffrir de douleurs musculaires ou articulaires. Une tendance en hausse par comparaison avec 2014 où 60 % d’entre eux souffraient de telles pathologies.

En revanche, point positif, seuls 15 % des artisans du BTP confient ne pas être suivis dans le cadre de leurs activités. Ils étaient 27 % en 2014. Il semble donc que la couverture médicale professionnelle se soit améliorée.

Le burn-out évoqué pour la 1e fois

Nouveauté de ce baromètre Arti Santé 2015 : le burn-out. Alors que les députés débattent d’une proposition de loi visant à reconnaître le burn-out comme étant une maladie professionnelle, 7 % des artisans avouent en avoir souffert et 28 % pensent qu’ils en ont peut-être déjà été victimes.

Il apparaît aussi que 43 % des professionnels interrogés doivent composer avec une fatigue importante ainsi que des troubles du sommeil. Il faut évoquer aussi un sentiment d’isolement dans leur travail pour 31 % d’entre eux, la solitude affectant la moitié des artisans qui travaillent seuls.

Au moment d’appréhender les origines de ces différents problèmes de santé, 62 % des artisans du BTP évoquent les charges financières et sociales jugées excessives comme étant une cause importante de stress devant les obligations administratives (54 %) et la nature irrégulière de l’activité professionnelle (52 %).

Enfin, c’est le pessimisme qui prévaut parmi les professionnels du bâtiment. Ainsi, 40 % des artisans se disent pessimistes quant à la survie même de leur activité. Ce sentiment prédomine chez 52 % des artisans qui ont souffert d’un burn-out.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier