Actualités de l'assurance pour les auto entrepreneurs

Auto-entrepreneur : un régime plus coûteux

Publié le 25 juillet 2015
 | Rédigé par
Auto-entrepreneur : le régime est-il trop cher ?

Malgré la baisse des cotisations décidée cette année, le régime de l’auto-entrepreneur apparaît de plus en plus coûteux. Tel est le principal enseignement d’une étude réalisée par Evo'Portail, la plateforme riche en informations et outils pour les auto-entrepreneurs. Coup de projecteur.

Taxes et hausses annuelles

Depuis le 1er janvier 2015, les cotisations qui pèsent sur les auto-entrepreneurs de l’Hexagone ont baissé par comparaison avec l’année dernière. Toutefois, elles apparaissent plus élevées qu’en 2009, année de création du fameux régime.

En cause : les hausses annuelles successives ainsi que l’apparition de nouvelles taxes se traduisant par une augmentation des prélèvements. Par exemple, le taux de cotisations sociales pour les activités libérales est passé de 18,3 % en 2009 à 22,9 % en 2015.

Un régime qui reste attractif

Ces hausses mises en évidence par Evo'Portail n’incluent pas les nouvelles taxes qui viennent s’ajouter aux cotisations sociales comme la Contribution à la formation professionnelle (CFP) et la taxe pour frais de chambres qui concerne les Chambres de commerce et d'industrie (CCI) ainsi que les Chambres de Métiers et de l'Artisanat (CMA).

Il faut évoquer aussi la Cotisation foncière des entreprises (CFE) qui a connu quelques évolutions récentes. En effet, si l’intéressé en est toujours exonéré pour l’année de création de son auto-entreprise, cette exonération ne trouve plus à jouer pour les deux années suivantes à moins que l’activité exercée n’ait donné lieu à un chiffre d’affaires (CA) égal à zéro. A noter que le montant de cette taxe CFE peut être très variable puisqu’il est fixé par les communautés de communes. Par exemple, pour un CA oscillant entre 100 001 et 250 000 euros, la base minimale de CFE a été fixée entre 210 et 3 500 euros.

Malgré tout, le régime de l’auto-entrepreneur demeure attractif et constitue toujours la forme la plus accessible pour toute personne qui souhaite entreprendre.

Selon le type d’activités exercées, il peut être obligatoire de souscrire une assurance auto-entrepreneur. Une telle obligation permet notamment à l’auto-entrepreneur d’être couvert dans ses rapports avec les tiers, qu’il s’agisse de clients ou de fournisseurs.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier