Actualités de l'assurance pour les entreprises

Entreprises : travailler en Ile-de-France, ça épuise la santé

Publié le 24 octobre 2012
 | Rédigé par
Enquête Malakoff Médéric : travailler en Ile-de-France n'est pas une sinécure

Cela peut paraître cliché mais le travail fatigue plus quand on exerce ses talents en Ile-de-France. Une récente enquête Malakoff Médéric laisse effectivement apparaître un bien-être physique et psychologique moindre au sein des entreprises franciliennes par rapport aux autres régions françaises.

Fatigue nerveuse, travail haché et gestion des priorités

C’est dans la tête que ça pourrait aller largement mieux : 71 % des travailleurs franciliens disent être nerveusement fatigués, soit 2 points de plus qu’à l’échelle de l’Hexagone.

L’enquête de Malakoff Médéric signale aussi qu’ils sont 67 % à avoir le sentiment d’un travail haché (contre 64 % au niveau national) et 42 % à ne pas parvenir à gérer les priorités (35 % à l’échelle du pays).

Directrice de la prévention chez l’assureur, Anne-Sophie Godon précise : « Cette forte pression psychologique s'explique aussi par les restructurations et les réorganisations des grandes entreprises ces dernières années, qui ont plus touché les salariés franciliens. Ils doivent s'adapter en permanence, ce qui leur demande une énergie croissante ».

Un manque de sommeil à cause du trajet maison/boulot

A côté de ces phénomènes de restructuration, les salariés d’Ile-de-France doivent quotidiennement composer avec le temps passé dans les transports pour aller au travail et en revenir.

Citée par 20minutes.fr, Anne-Sophie Godon relève ainsi avec force justesse : « Plus de la moitié d'entre eux passe plus d'une heure par jour dans les transports. C'est 20 points de plus que la moyenne nationale ».

Conséquence de ces temps de trajet allongés : les salariés franciliens sont moins reposés que les autres. « Pour profiter de leur soirée malgré tout, certains se couchent plus tard. Du coup, 52 % des salariés franciliens déclarent ne pas dormir suffisamment au lieu de 48 % pour la moyenne nationale », ajoute Anne-Sophie Godon.


L’œil d’Assurlandpro.com : et les patrons ? Ils ont assurément connu des jours meilleurs. Plus d’infos dans notre article La petite forme des patrons de très petites entreprises.


Source : 20minutes

 

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier