Actualité de l'assurance : responsabilité civile

Responsabilité civile professionnelle : le coiffeur et l'oreille coupée

Publié le 24 août 2012
 | Rédigé par
Un fait divers rappelle l'importance de l'assurance responsabilité civile professionnelle

Le jeune Simon se souviendra longtemps de ses vacances à Aire-sur-l'Adour. Le 11 août 2012, il est revenu de chez le coiffeur avec un « morceau d'oreille en moins » d’après sa grand-mère, une affirmation capilotractée selon le professionnel. Une péripétie qui rappelle combien l’assurance RCPro est indispensable !

 

La version de la grand-mère du jeune Simon

La grand-mère de Simon, neuf ans, est catégorique. Citée par Sud Ouest, elle raconte : « Il est revenu avec un morceau d'oreille en moins. Le bout d'oreille est parti à la poubelle avec les cheveux ».

Malgré les soins prodigués par la coiffeuse qui a appliqué un pansement sur l’oreille de Simon, cette intervention s’est avérée insuffisante puisque sa grand-mère ajoute : « ça saignait beaucoup ».

Le saignement était d’ailleurs tel que toute la famille a dû se résoudre à aller à la clinique. Maintenant, elle envisage de porter plainte contre le salon de coiffure parce que la « responsable ne veut pas faire connaître son assurance ».

 

La version des gérants du salon

De leur côté, les gérants du salon de coiffure ont une version des faits sensiblement différente.

D’abord, aucun bout d’oreille n’a été coupé : « Il n'y a jamais eu de bout d'oreille coupé. C'est vrai que la personne qui a coupé les cheveux du petit garçon a malencontreusement touché légèrement le haut de l'oreille, je dis bien légèrement. C'est très rare et malheureux quand ça touche un enfant mais ce sont des choses qui peuvent malheureusement arriver. Il faut arrêter de dire des bêtises, d'autant que la grand-mère n'était pas présente le 11 août : l'enfant était accompagné par ses parents : pour preuve, le salon est équipé d'une vidéosurveillance. »

Ensuite, les gérants semblent totalement disposés à transmettre les coordonnées de leur assureur : « Il n'y a pas de problème pour communiquer notre numéro de police d'assurance. Mais nous étions en congés au moment des faits et les employés ont interdiction de le communiquer à notre place. Je me suis déplacé ce mardi matin à la gendarmerie et j'ai pris contact aussitôt après avec le père de l'enfant pour savoir ce qu'il souhaitait demander  comme dédommagement. Maintenant, c'est aux  assurances de se mettre en lien. »

 

L’œil d’Assurlandpro.com : parce que la coiffure est une activité pleine de risques, il faut veiller à souscrire les bonnes assurances professionnelles. Indispensable piqûre de rappel avec notre article pratique intitulé Coiffeur : quelles assurances et à quel prix ?.

 

Source : SudOuest.fr

 

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier