Actualité de l'assurance : flotte automobile

Les entreprises veulent moins d'accidents routiers pour leurs salariés

Publié le 28 novembre 2012
 | Rédigé par
Les entreprises françaises face aux accidents routiers du travail

En 2011, ce sont 466 salariés qui ont perdu la vie dans un accident de la route. Un chiffre en hausse par rapport à l’année d’avant. Fort heureusement, les entreprises n’ont pas renoncé à redresser la situation.

Des chiffres en berne depuis 2009

Selon les derniers chiffres de l’Assurance maladie pour 2011, 466 salariés ont été tués dans un accident de la route au cours de cette seule année, soit 62 victimes de plus qu’en 2010.

Alors que l’on notait une amélioration jusqu’en 2009, la situation a empiré depuis à la faveur de la crise et des tensions qu’elle génère.

Malgré tout, les efforts déployés par nombre de sociétés françaises laissent apparaître de meilleures statistiques après la hausse brutale enregistrée en 2010, le nombre d’accidents routiers du travail se fixant à 20 319 et celui des accidents sur le trajet domicile-travail passant de 57 900 à 56 920 en deux années.

De multiples outils à la disposition des entreprises

Pour autant, d’autres chiffres témoignent de l’ampleur du problème.

Ainsi, en 2011, les accidents routiers ont été à l’origine de 7 325 invalidités permanentes et de la perte de 5 330 millions de journées de travail. Un coût humain et financier considérable pour les entreprises et la collectivité.

D’ailleurs, le Comité de pilotage national pour la prévention du risque routier encouru par les salariés estime que le coût moyen d’un accident représente :

- 400 000 euros pour un décès

- 86 000 euros dans le cas d’une incapacité permanente

- 25 000 euros pour une incapacité temporaire

Face à cette préoccupante réalité, les entreprises peuvent mettre à profit différents outils :

- des campagnes de communication fréquentes

- des réunions à but informatif et de sensibilisation

- des formations sur Internet, simulateur, piste ou route

A noter qu’un « code de bonne conduite » adopté en 2003 par les partenaires sociaux fait sien les principes généraux de prévention des risques professionnels.


Source : Le Monde

 

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier