Actualités de l'assurance pour les artisans et les commerçants

Le métier de caissière est-il voué à disparaître ?

Publié le 11 décembre 2019
 | Rédigé par
263 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
supermarche

90% des caissiers sont des femmes.

Chaque année, le nombre ce caissières diminue en France. Elles étaient 150 000 il y a dix ans ; elles ne seront plus que 120 000 dans cinq ans. Mais que deviennent-elles, et pourquoi ? Il faut dire que l'automatisation se répand de plus en plus. De facto, les caissières sont orientées vers des rôles plus polyvalents, notamment des fonctions d'accueil.

Des mutations qui répondent à une demande de la clientèle

Pendant les périodes de fêtes, l'affluence augmente dans les super et hypermarchés. On y vient faire ses courses alimentaires pour Noël ou le Nouvel An, préparer sa décoration ou bien acheter des cadeaux pour ses proches. Aujourd'hui, des opérations sont mises en place pour rendre la vie du client plus agréable et faire du supermarché un lieu de convivialité. « Les magasins sont des lieux de vie où les gens aiment échanger », assure Dominique Schelcher, président de Système U. « Nous souhaitons que les courses soient amusantes, qu'elles ne se fassent pas dans la précipitation », allègue Dick de Fijter à la revue Gondola, dirigeant de la chaîne Jumbo aux Pays-Bas, qui a créé en juillet dernier une « caisse de bavardage ».

Mais malgré tout, la clientèle est impatiente et déserte peu à peu les grandes surfaces, trop spacieuses et dans lesquelles on passe trop de temps. Selon un sondage récent, 60% des clients des hypermarchés détestent faire la queue. Et c'est entre autres Internet qui a changé notre mode de consommation : nous sommes habitués à plus d'instantanéité, à ne plus nous déplacer pour nos achats et à être livrés dans des temps records. Il n'est plus nécessaire de prévoir une après-midi, voire une journée entière pour faire ses achats.

Des processus d'automatisation

En outre, l'automatisation se généralise toujours plus. À l'ère du digital, du paiement sans contact et de la caisse automatique, le besoin en caissières tend à se réduire. Les consommateurs privilégient des modes d'achat et de paiement réduisant constamment leur temps passé à faire des courses. Tous ces nouveaux habitus influent nécessairement sur l'organisation même des supermarchés. Casino veut par exemple innover avec le magasin automatique. Le dimanche après-midi, le Géant d'Angers (5 200 m² de surface) ouvre désormais sans employé, en dehors de la sécurité.

Et l'automatisation va encore plus loin ! À Seattle, Amazon a instauré son premier Amazon Go, un point de vente dépourvu de caisse. Le système est simple : des capteurs volumétriques et caméras détectent ce que le client prend du rayon. Le client ayant au préalable enregistré ses coordonnées bancaires, un algorithme calcule la somme totale de ses achats et le débite à la sortie du magasin. En Chine, Alibaba et Tencent ont mis en place le paiement par reconnaissance faciale : toujours plus rapide, mais pas sans conséquence pour le client, ses données ou sa vie privée.

De caissière à hôtesse d'accueil : des employés plus polyvalents

Néanmoins, si le métier de caissière tend à disparaître, les évolutions du marché auxquelles nous assistons créent de nouveaux postes, qui répondent à de nouvelles fonctions. Elles sont aujourd'hui à 90% des femmes. Il est estimé que les effectifs (135 000 salariés) se réduiront de 5 à 10% sur les cinq années à venir. Pour autant, les rôles changent et ces caissières, si elles scannent de moins en moins, ont désormais une fonction d'accueil. L'idée serait donc d'effectuer une transition vers une profession plus polyvalente. La Fédération de la distribution réfléchit d'ailleurs avec les syndicats et la Direction du travail à l'évolution de ce corps de métiers.

Mais cette polyvalence rend complexe le décompte réel des caissières en France. Ainsi, 90% des caissières des commerces de proximité effectuent aussi un autre métier ; elles alternent parfois avec de la mise en rayon. Ce chiffre tombe à 60% dans les supermarchés et à 20% dans les hypermarchés.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier