Actualités de l'assurance pour les entreprises

L'assurance homme-clé se dévoile

Publié le 12 mai 2011
 | Rédigé par
L'assurance homme-clé expliquée
L’assurance homme-clé ? Sous ce nom, qui vaut tant pour un homme que pour une femme, se cache un personnage d’une importance toute stratégique pour l’entreprise. S’il venait à disparaître ou était incapable d’assumer ses fonctions, le préjudice financier subi par l’entreprise pourrait être considérable. Coup d’éclairage.
 
Une entreprise française sur trois cesse son activité
La Fédération Française des Sociétés d’Assurance (FFSA) définit l’homme-clé comme « toute personne dont la disparition brutale peut avoir une répercussion certaine sur la bonne marche de l’entreprise et dont le remplacement ne peut se faire immédiatement. » Quelques exemples de personnes-clés : le dirigeant de la société, son directeur commercial, le « nez » d’un parfumeur ou encore le chercheur au sein d’un laboratoire.
En France, on estime qu’une entreprise sur trois doit cesser toute activité suite à la disparition d’un collaborateur indispensable. D’où, l’intérêt de cette assurance qui, à la disparition de l’intéressé(e), entraînera le versement de liquidités servant à compenser une baisse du chiffre d’affaires ou à couvrir les dépenses de réorganisation.
 
Les modalités de l’indemnisation
Concrètement, l’entreprise qui a souscrit l’assurance homme-clé peut décider de recevoir un capital forfaitaire déterminé à l’avance en cas de décès ou d’invalidité de l’intéressé(e). Elle peut opter aussi pour une indemnisation correspondant au montant réel de la perte d’exploitation. 
Très complexe, le calcul du montant de l’indemnisation oblige à prouver que la baisse du résultat de l’entreprise résulte directement de la perte du salarié-clé. Cela dépendra du chiffre d’affaires généré, de l’importance de cette personne dans l’entreprise ou de l’activité exercée.
A noter enfin qu’en pratique la souscription est soumise à quelques conditions liées notamment à l’état de santé de l’homme-clé (questionnaire de santé ou examen médical préalable).
 
 
Source : News-Assurances
Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier