Actualité de l'assurance : pertes d'exploitation

Comment fonctionne l'assurance grêle ?

Publié le 25 juillet 2011
 | Rédigé par
L'assurance grêle expliquée
Avec la sécheresse, la grêle ? Fort heureusement, l’un n’implique pas l’autre mais sait-on jamais. Voyons aujourd’hui la manière dont fonctionne l’assurance grêle, calamité climatique qui menace pour l’essentiel les cultures horticoles, fruitières ou maraîchères. Revue de détails.
 
Les dégâts de la grêle
Indispensable pour les agriculteurs qui cultivent fruits, légumes et fleurs, l’assurance grêle permet d’indemniser les dégâts qui résultent de l’impact de la grêle.
Qu’elle appartienne ou non à un contrat multirisques pour les cultures, cette assurance peut être souscrite pour toutes les cultures, son montant variant simplement selon la vulnérabilité propre à chacune d’elles.
 
La déclaration d’assolement
Tout dépend ici de la déclaration d’assolement effectuée par l’agriculteur qui varie selon la nature, la surface, le rendement et le prix de vente espéré des récoltes.
En pratique, l’assurance grêle permet de couvrir :
• la perte en quantité de la récolte
• la perte de qualité - et le préjudice financier qui en résulte - subie par la valeur marchande
À noter que, selon les contrats, certaines cultures peuvent se trouver exclues du bénéfice de l’assurance grêle. 
De même, veillez à éviter les doublons. Il se peut en effet que l’assurance grêle figure déjà dans les contrats multirisques. Voyez aussi si l’assurance Pertes d’exploitation ne suffit pas à votre bonheur d’agriculteur.
 
Source : News-Assurances
Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier