Fiches pratiques de l'assurance : épargne salariale

Epargne salariale : connaissez-vous le Perco et le PEE ?

Publié le 30 juin 2014
 | Rédigé par
250 vues Pas encore de commentaire, soyez le premier.
Epargne salariale : plutôt Perco ou PEE ?

Le Plan Epargne Retraite Collectif (Perco) et le Plan d’Epargne Entreprise (PEE) sont des dispositifs instaurés dans le cadre de l’entreprise comme outils de prévoyance spécialement destinés aux salariés. Chacun de ces plans d’épargne présente ses caractéristiques, avec des avantages mais aussi des inconvénients. Découvrons en quoi consiste la meilleure épargne salariale.

En quoi consiste le Perco ?

Le Perco concerne surtout les entreprises qui comptent plus de 100 salariés.

Pour en bénéficier, le salarié doit disposer d’une ancienneté d’au moins 3 mois. Ce plan d’épargne offre un montant de versement libre, avec un abondement de 16 % du plafond annuel de la Sécurité sociale par l’entreprise.

L’abondement est assujetti à la Contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) ainsi qu’à la Contribution sociale généralisée (CSG) et il est déductible d’impôts.

Le placement est bloqué jusqu’à la retraite du salarié avec, toutefois, une possibilité de versement en cas de besoins financiers urgents. Ainsi, pour l’achat d’un bien immobilier, le salarié peut effectuer une retrait sous conditions.

Le versement de l’investissement peut se faire d’un seul coup ou sous la forme d’une rente à l’arrivée de la retraite du salarié.

Et le PEE ?

Se présentant comme une assurance professionnelle collective, le PEE a pour objectif de faciliter les conditions d’épargne aux salariés d’une entreprise. L’adhésion au dispositif n’est pas obligatoire mais elle peut s’avérer tout à fait pertinente puisque le dispositif s’accompagne de bien des avantages.

Contrairement au Perco, le PEE permet de percevoir le capital avant la retraite, au bout de 5 ans au minimum. Les versements des salariés sont volontaires et l’abondement doit être inférieur ou égal à 300 % du montant versé ou à 8 % du plafond annuel de la Sécurité sociale.

En cas de changement de situation, le salarié peut demander un versement anticipé du capital, sous certaines conditions.

Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier