Actualités de l'assurance pour les auto entrepreneurs

Pourquoi l'artisanat se méfie-t-il du régime de l'auto-entrepreneur ?

Publié le 21 juillet 2011
 | Rédigé par
Auto-entrepreneur la critique de l'artisanat
Une défiance qui dure
Même s’il a connu un succès immédiat, le régime de l’auto-entrepreneur n’en a pas moins essuyé d’importantes critiques émanant de certaines professions. À l’origine de ces critiques, l’on trouvait notamment l’artisanat qui craignait en fait une concurrence déloyale.
Qu’en est-il aujourd’hui ? La polémique n’est pas tout à fait éteinte. Ainsi, un récent rapport du Sénat considère que ce régime produit « par nature des effets de seuil et de distorsion de concurrence ». Une position qui fait écho à des déclarations plus anciennes de l'Union professionnelle artisanale (UPA) qui évoquait les « dérives » et « injustices » de ce statut.
 
Une concurrence qui se légalise
Face à la gronde de l’artisanat, le gouvernement a décidé de retoucher le régime de l’auto-entrepreneur avec deux aménagements principaux :
• l’inscription obligatoire au répertoire des métiers s’il s’agit d’une activité artisanale à titre principale
• un niveau de qualification ou d’expérience professionnelle minimum
Dans un registre différent - même s’il demande aussi un meilleur encadrement - un rapport parlementaire de l’UMP daté de février 2011 tente d’apaiser les craintes de l’artisanat. Après avoir concédé qu'avec moins de frais, les auto-entrepreneurs peuvent « proposer des prix plus faibles », il ajoute que « 23 % des auto-entrepreneurs déclarent avoir professionnalisé une activité déjà exercée avant ». Pour résumer, une « part de la concurrence des auto-entrepreneurs n'est donc pas nouvelle. Elle existait avant mais se pratiquait de manière illégale. » 
 
L’œil d’AssurlandPro : tout à fait atypique, le régime de l’auto-entrepreneur se caractérise notamment par quelques particularités en cas de chômage ou maladie. Tout ce qu’il faut savoir dans l’article Auto-entrepreneur : quid en cas de chômage ou de maladie ?.
 
Source : LesEchos.fr
Laisser un commentaire
@
* champs obligatoires
Pas encore de commentaire, soyez le premier