Actualités de l'assurance professionnelle - Page 2

Un chef d'entreprise s'est enchaîné devant le siège de son assureur, la Mutuelle de Poitiers pour poursuivre une grève de la faim. Il veut protester contre le refus de sa compagnie d'assurance de l'indemniser au titre des pertes d'exploitation comprises dans son contrat. C'est encore un autre conflit illustrant bien le bras de fer entre les entreprises et les assureurs depuis le « Grand Confinement ».
Après avoir annoncé qu'il pourrait régler les surcoûts sanitaires des entreprises du secteur du BTP, le gouvernement a annoncé une série de mesures de soutien au secteur pour soutenir la reprise. Mais ces mesures n'ont guère enthousiasmé les acteurs du BTP. Assurlandpro.com récapitule.
Le réseau social de Mark Zuckerberg Facebook a lancé ce lundi 8 juin 2020 un programme de formations au numérique et plus particulièrement au e-commerce dédié aux TPE et PME françaises. Facebook désire par la même occasion promouvoir sa plateforme commerciale Facebook shops.
Le déconfinement a été mis en place il y a presque un mois désormais. L'activité reprend peu à peu en entreprise, mais de nombreuses mesures sanitaires et de protection ont été mises en place pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19. Et ces mesures ont un certain coût. Pour les TPE et PME, particulièrement impactées par la crise, il est possible de bénéficier d'une aide financière pour financer les équipements de protection.
Le secteur du BTP reprend lentement l'activité avec le déconfinement. Mais les mesures sanitaires impliquées par cette reprise des activités ne sont pas sans coût. Sur un chantier, la note peut parfois être élevée. Ainsi, le gouvernement a proposé l'idée de prendre en charge les surcoûts sanitaires dans ce secteur de la construction.
Face au refus d'AXA France d'indemniser les pertes d'exploitations engendrées par la crise du COVID-19, le restaurateur Stéphane Manigold a attaqué l'assureur en justice. Le Tribunal de commerce de Paris lui a donné raison. Une première dans le bras de fer qui oppose restaurateurs et assureurs.
Parmi les différentes mesures de soutien dédiées aux entreprises dans le cadre de la crise sanitaire de coronavirus COVID-19, le gouvernement a notamment mis en place un chômage partiel indemnisé à 100 %. Il avait déjà été annoncé que cette mesure serait revue à partir du 1er juin. Assurlandpro.com fait un point sur ces quelques changements.
Entre le 1er mars et le 25 mai, presque 13 millions de salariés ont bénéficié des mesures de chômage partiel mises en place par le gouvernement. Les demandes d'indemnisation se multiplient également, tandis que les entreprises effectuent des restructurations pour ne pas avoir recours à des licenciements.
Les commerçants ont été parmi les plus touchés par la crise du coronavirus COVID-19. Après multiples mesures de soutien, un report des soldes a été souhaité par le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire ce lundi 25 mai. Ce report serait de trois semaines ou un mois. La proposition ne fait toutefois pas consensus chez les commerçants.
La « crise de l'hôpital » touche la France depuis plusieurs années maintenant : endettement croissant, professions du secteur dévalorisées, dégradation et vieillissement des bâtiments de l'hôpital public... Et la crise de coronavirus COVID-19 n'a pas amélioré la situation ; bien au contraire, elle a fait ressortir toutes les difficultés éprouvées par l'hôpital français. Pour endiguer cette crise, Olivier Véran a donc fait quelques promesses : une réforme complète du système hospitalier ainsi qu'une revalorisation des salaires du personnel soignant.
En cette période de crise de coronavirus COVID-19, le télétravail est une solution particulièrement arrangeante pour les entreprises pouvant se le permettre. Mais cette pratique a ouvert de nombreuses brèches côté cybersécurité, et les hackers ne peuvent que s'en frotter les mains.
Maintenant que le déconfinement a été mis en place, le retour sur le lieu de travail redevient possible. Si quelques mesures et consignes ont été mises en place pour protéger au maximum les salariés en entreprise, cela représente un certain coût. Ainsi, pour les plus petites entreprises (TPE), l'Assurance maladie donne accès à une subvention de 50 % du coût du matériel de protection, jusqu'à un maximum de 5 000 euros.
Les TPE PME ont été particulièrement impactés par la crise du coronavirus COVID-19 et le « Grand Confinement ». Pour le déconfinement et les temps à venir, les salariés de ces entreprises ont quelques requêtes pour leurs dirigeants. Un sondage Harris Interactive pour Aésio dévoilé par Le Parisien apporte quelques chiffres pour éclairer la situation.
Les restaurateurs, particulièrement touchés par la crise de coronavirus COVID-19, ont lancé une pétition pour que leurs pertes d'exploitation soient prises en charge par les assureurs. Ces derniers avaient déjà indiqué ne pas pouvoir assumer de tels coûts. Bruno Le Maire a donné quelques explications supplémentaires aux concernés.
Le secteur de la culture est l'un des plus touchés par cette crise de coronavirus COVID-19. De nombreux rendez-vous culturels ont été contraints d'annuler à cause des mesures de sécurité, puis du confinement. Pour venir en aide à ce secteur, le président de la République Emmanuel Macron a informé le jeudi 6 mai 2020, sur le maintient des droits des intermittents du spectaculaire jusqu'en 2021.